C3 Aircross : Exit le monospace, place au SUV !

Le C3 Picasso n’est plus. Exit le rébarbatif  « utilitaire familial » dans la gamme Citroën, il fait place à un sympathique petit SUV, baptisé C3 Aircross. Bien plus qu’une C3 surélevée, le C3 Aircross dispose de sa propre personnalité, avec son avant massif mais tout en rondeur, ses passages de roues surdimensionnés pour accentuer son côté baroudeur, ou encore ses boucliers avants et arrière ainsi que des barres de toit inspirés du monde du 4X4.

Le C3 Aircross est donc paré pour affronter la dure loi de la ville ! Concurrent direct du Renault Captur, et du récent Seat Arona essayé il y a peu par Jensen, le C3 Aircross séduit par son design original. Plus de 90 combinaisons de carrosserie sont disponibles au catalogue. La personnalisation poussée à l’extrême en somme. Long de 4,15m, et haut d’1m60, le C3 Aircross se maniera sans problème en ville, grâce à son gabarit modéré.

Un intérieur spacieux

SUV certes, le C3 Aircross n’en est pas moins spacieux ! On retrouve ici le côté « mini monospace » du feu C3 Picasso. L’intérieur, très proche de celui de la dernière C3, vous laisse le choix entre cinq ambiances différentes, aux coloris différenciés. Aussi original que l’extérieur, cet habitacle présente une qualité  d’assemblage correcte, et offre surtout un bel espace intérieur, comme je le disais : vous serez surpris par tout ce que vous pourrez y faire rentrer dedans !

Une banquette coulissante 2/3 – 1/3 permet ainsi de passer d’un volume de coffre de 410 à 510 litres. Une fois les sièges rabattus, vous pourrez même insérer un chargement de plus de 2m40. Les sièges sont confortables, attention toutefois à certains tissus pouvant être très chauds, et promis, je n’avais pas activé les sièges chauffants ! La planche de bord est équipée d’un écran tactile Connect Nav pouvant supporter Apple CarPlay ou Android Auto. Vous pourrez même recharger votre smartphone par induction ! La vision tête haute est aussi de la partie, mais en option, cela va de soi.

Le C3 Aircross sur les routes Corse

C’est sur les routes de l’Ile de Beauté que nous avons pu essayer le petit SUV de Citroën. Autant vous dire que le terrain est favorable aux routes escarpées. Le C3 Aircross que j’ai essayé était équipé du petit, mais rageur 3 cylindres 1.2 PureTech de 110ch. Un moteur dont j’avais déjà apprécié les performances lors de l’essai de la Peugeot 3008.

Couplé à la boite automatique EAT6 (dont je ne suis pas particulièrement fan…), le 1.2 PureTech s’en sort bien, très bien même. Comme anticipé, la boite EAT6 m’a en revanche (et une nouvelle fois) prouvé qu’elle manquait de réactivité en conduite dynamique, et que le mode « full auto » n’était alors pas très probant, avec des relances moteur quasi permanentes. Les choses s’arrangent en mode séquentiel, puisque le C3 Aircross devient alors plutôt joueur, et, hormis des mouvements de caisse un peu prononcés, la tenue de route est exemplaire ! Reste un montant de parebrise un peu large qui empêche une parfaite visibilité dans les courbes serrées.

À noter que notre modèle d’essai était équipé de l’option Grip Control, un antipatinage 2.0, qui nous a permis d’apprécier son efficacité sur terrain sablonneux et accidenté. Le C3 Aircross gère alors tout seul sa descente, et gère au mieux sa tenue de route. Sympa !

Verdict

Le Citroën C3 Aircross offre une bouffée d’oxygène dans le monde assez banal des petits SUV. Ses différentes configurations, son habitabilité et sa tenue de route en font un sérieux concurrent à ses principaux rivaux comme les Renault Captur et Peugeot 2008, ou aux plus récents Hyundai Kona et VW T-ROC. Proposé au prix de départ de 15.950€, notre modèle suréquipé en finition Shine (vision tête haute, toit panoramique, Grip control etc. ) est facturé 22.750 €. Une somme tout à fait maitrisée par rapport à ses concurrents. Le C3 Aircross est donc un petit SUV fort sympathique, et surtout très recommandable.

On aime : 

  • son habitabilité
  • le 3 cylindres 1.2 PureTech
  • la tenue de route au top

On aime moins : 

  • un angle de vision un peu compliqué sur routes sinueuses
  • une boite automatique EAT6 pas franchement à son aise en montagne

 

Commentaires Facebook
Share This