Une nouvelle ère

Constructeur français le plus iconoclaste, Citroën est à l’origine de nombreux modèles qui ont irrémédiablement marqué la production automobile française et mondiale : pour ne parler que d’elles, citons les Traction, DS, et autres 2 CV. Cela n’a pas empêché la marque de s’emmurer ces dernières années dans un conservatisme assez navrant, en proposant des modèles certes compétitifs, mais qui manquaient cruellement d’exotisme. Il a fallu attendre 2014, et le lancement du rafraichissant C4 Cactus, pour que la firme décide de renouer avec son image de constructeur  défricheur de nouvelles tendances.

Citroën C4 Cactus Jaune

Le C4 Cactus

Aujourd’hui, c’est au tour du best-seller de la gamme de bénéficier de cette cure de jouvence : la C3. Pour son troisième opus, la marque aux chevrons a décidé de repartir d’une feuille blanche, en dotant sa citadine d’un solide contenu technologique, et d’un look fun s’inspirant ouvertement du Cactus. Nous sommes partis à Barcelone pour l’essayer!

essai-citroen-c3-presskit-2

La nouvelle C3

Une citadine très piquante!

Même si elle conserve les rondeurs de son aînée, cette nouvelle C3 impulse un vent de renouveau à la citadine française, en commençant par sa face avant. Reprenant la signature lumineuse à double étage qui caractérise les nouvelles Citroën, la nouvelle C3 décline le look baroudeur du C4 Cactus, avec notamment son bouclier non peint en partie basse. Suivant les versions, des inserts colorés viennent cercler les antibrouillards.

essai-citroen-c3-barcelone-6

essai-citroen-c3-barcelone-7

Le profil, long de 3,99 m, se montre dynamique, avec des porte-à-faux courts, un pavillon flottant, et des vitres latérales qui se prolongent visuellement jusqu’au pare-brise, grâce à des montants peints en noir. Avec 7 centimètres de moins en hauteur, l’auto se montre plus « ramassée » que sa devancière. Ici aussi, les références au Cactus se multiplient : suivant les versions, l’auto se dote des jantes 17 pouces de son grand-frère, d’élargisseurs d’ailes en plastique noir, et surtout de ses « fameux » Airbump (en série sur la finition Shine, et en option à 200 Euros sur les versions inférieures). Plus discrets que sur le Cactus, ces derniers reçoivent pour la première fois une petite touche de couleur, avec un cerclage rouge ou blanc, suivant la couleur du toit.

essai-citroen-c3-barcelone-4

essai-citroen-c3-barcelone-2

Quant à l’arrière, il hérite des nouveaux chevrons noirs brillants cerclés de chrome (inaugurés sur le… C4 Cactus), et de jolis feux à effet 3D.

essai-citroen-c3-barcelone-1

En bonne citadine moderne, la nouvelle C3 cède aux sirènes de la personnalisation. Ainsi, le client pourra décider de contraster son auto en dissociant la couleur du toit à la couleur de la carrosserie. Au total, ce ne sont pas moins de 36 combinaisons extérieures qui seront possibles!

essai-citroen-c3-barcelone-9

Ce vent de fraîcheur se prolonge à l’intérieur. Avec ses sangles façon mallette qui remplacent les crosses de porte (autre gimmick repris du Cactus), ce dernier s’inspire de l’univers de la bagagerie. Parcourant toute la largeur de l’auto, la planche de bord se montre très épurée, avec sa tablette tactile 7 pouces qui regroupe l’essentiel des commandes. Un bon point. En revanche, on regrette la disparition du pare-brise Zénith de l’ancienne génération.

essai-citroen-c3-presskit-5

Ici aussi, il sera possible de personnaliser son auto, en optant pour 4 ambiances intérieures différentes. Ces dernières influent notamment sur la couleur ou le garnissage du bandeau transversal. Ce dernier pourra en effet être tour à tour être peint, gainé de tissu ou de TEP, comporter des surpiqures ou non, ou être enrichi d’un décor chromé ou coloré. Réussie d’un point de vue esthétique, cette planche de bord marque en revanche le pas du point de vue qualitatif. Avec des plastiques uniformément durs, et quelques radineries mal placées (citons notamment l’absence de poignées de maintien à toutes les places), la C3 n’offre pas la même qualité de finition qu’une 208 ou qu’une Clio.

essai-citroen-c3-barcelone-5

Sur notre version d’essai, le bandeau central était en TEP noir, rehaussé par des surpiqures rouges.

On se console avec la dotation technologique de l’auto, qui fait le plein d’équipements high-tech :

  • système ADML (accès et démarrage mains libres)
  • fonction Mirror Screen (qui permet de dupliquer son smartphone sur l’écran central)
  • alerte de franchissement involontaire de ligne
  • reconnaissance des panneaux de signalisation
  • surveillance des angles morts
  • alerte prévention de la somnolence.

Surtout, elle se dote en première mondiale d’une caméra implantée derrière le rétroviseur intérieur, qui rappelle les fameuses « dashcam », si chères à nos amis russes. Baptisée ConnectedCAM, cette caméra full HD dispose d’une mémoire interne de 16 Go, qui lui permet de prendre des photos et des vidéos, puis de les partager sur les réseaux sociaux, via une application dédiée. Surtout, en cas de choc, la caméra capture automatiquement les images pendant une minute 30 (30 secondes avant, et 1 minute après). Elle est disponible contre 270 Euros.

essai-citroen-c3-presskit-6

Première mondiale, la nouvelle C3 peut s’équiper d’un système de caméra connectée, baptisée ConnectedCAM

Bénéficiant des avancées du programme Citroën Advanced Comfort, la C3 se dote d’assises avant très confortables. Avec leurs mousses assouplie, ces dernières vont à contre-courant de la tendance actuelle du « toujours plus ferme », si cher aux marques allemandes. Assez larges en partie centrale, elles se resserrent en partie haute, afin de ménager la visibilité des passagers arrières. Malin! Pour clôturer ce chapitre, mentionnons l’espace correct aux jambes et aux coudes pour les passagers arrière, le coffre au volume intéressant (300 L) -mais qui est pénalisé par un seuil de chargement un peu haut-, et la profusion de rangements à bord -dont une grande boîte à gant de 6,25 L-.

sieges-nouvelle-c3

Sur route : un confort au top!

Signe des temps, seules deux motorisations Essence étaient mises à disposition pour ces essais. Commençons avec la motorisation la plus puissante : la 1,2 L PureTech 110 ch, associée à la boîte automatique EAT6.

essai-citroen-c3-presskit-10

Agréable à l’usage et performant (l’auto passe de 0 à 100 km/h en moins de 10 secondes), ce 3 cylindres turbo reprend dès les plus bas régimes, bien aidé par son couple maximal de 205 Nm disponible à 1.500 tr/min. Bien insonorisé, il donne à la C3 ses galons de petite routière, surtout lorsqu’il est associé à l’agréable transmission EAT6. Exit les pénibles BMP/ETG, la nouvelle C3 se dote ici d’une vraie transmission automatique à convertisseur, douce et réactive. On pestera en revanche contre le manque de fluidité de l’ensemble moteur/boîte lors des phases d’arrêt et de redémarrage, quand le stop and start rentre en action, et qui entraîne une sensation de « broutage », et des vibrations intempestives.

essai-citroen-c3-presskit-11

Moins tranchante que celle d’une 208, la tenue de route de la C3 n’en demeure pas moins plaisante. Avec son train avant réactif et sa direction précise et agréable, l’auto fait preuve d’un dynamisme qui faisait cruellement défaut à son aînée. Surtout, elle conserve un confort dans le haut du panier -supérieur à celui de sa soeur sochalienne-, puisqu’elle digère très bien les défauts de la route (même avec les jantes 17 pouces). Revers de la médaille, les mouvements de caisse, quoique plus limités qu’avant, sont plus importants que sur une 208 ou qu’une Clio. Très confortables, les sièges manquent en revanche de maintien latéral en conduite soutenue.

essai-citroen-c3-presskit-8

Nous avons également pu essayer la version 1,2 L PureTech 82 ch, associé à une boîte de vitesse manuelle à 5 rapports. Si les performances sont logiquement largement en deçà de la version 110 ch (le 0 à 100 km/h demande ainsi 14,6 secondes), ce moteur se révèle être un agréable compagnon pour les déplacements urbains et péri-urbains. Surtout, sa sonorité caractéristique (quoique un peu envahissante…) et sa propension à grimper dans les tours renforcent le côté ludique de l’auto. Cerise sur le gâteau, la consommation affichée est mesurée : 4,7 L /100 km en cycle mixte.

essai-citroen-c3-presskit-9

La C3 côté tarifs

La gamme C3 débute à 12.950 Euros, et grimpe à 21.490 Euros pour l’édition limitée suréquipée Feel 3 1.2 PureTech 110. C’est jusqu’à 1.000 Euros de moins que l’ancienne C3, la marque souhaitant dorénavant cesser avec la politique des remises commerciales à tout va. Comptez un peu moins de 17.000 Euros pour une version coeur de gamme Feel 1.2 PureTech 82, qui comprend tout l’équipement qu’on attend d’une citadine moderne : climatisation manuelle, Bluetooth et prise USB, projecteurs antibrouillard, rétros électriques, et feux de jour à LED.

essai-citroen-c3-barcelone-8

Points positifs :

+ Ligne moderne et joviale

+ Intérieur agréable à regarder et à vivre

+ Confort de référence : sièges moelleux, suspensions douces

+ Moteur 1.2 PureTech 82 ch suffisant en ville

+ Moteur 1.2 PureTech 110 ch agréable et performant

+ Boîte EAT6 réussie…

Points négatifs :

– … Mais à-coups intempestifs lié au stop and start

– Finition en retrait

– Manque de maintien latéral des sièges

essai-citroen-c3-presskit-4

Conclusion : l’auto du renouveau!

Fun, colorée et personnalisable, la nouvelle C3 fait table rase du passé. Exit la citadine un peu vieillotte, place à une auto sûre de ses arguments, et au style affirmé. Misant sur sa technologie et sur son confort, l’auto ne déçoit pas, même si tout n’est pas encore parfait (la finition en premier lieu). Surtout, l’auto rassure sur l’avenir de Citroën, qui semble enfin se fixer autour d’une nouvelle ligne directrice, plus optimiste, et plus proche de ses clients.

essai-citroen-c3-presskit-1