Un match disputé

Après quelques années inquiétantes, le patient Seat va (beaucoup) mieux. Renouant enfin avec les bénéfices en 2015 (+ 93 millions d’Euros pour être précis), le constructeur espagnol a déjà livré près de 277.000 véhicules entre janvier et août 2016. La marque profite de cette bonne santé pour lancer quatre nouveaux modèles entre 2016 et 2017. Un plan produit ambitieux, et qui débute avec celui qui constitue le tout premier SUV de la marque : l’Ateca.

essai-seat-ateca-24

Le Seat Ateca

Avec 1.550 précommandes sur le marché Français avant même qu’il soit lancé, ce dernier enregistre un début de carrière sur les chapeaux de roue. Nous avons pu le mettre à l’épreuve dans la superbe région de Perpignan, et le confronter au Renault Kadjar, le leader actuel du segment. Le nouveau SUV espagnol a-t-il de quoi inquiéter la star française? Réponse à la fin de ce comparatif!

essai-seat-ateca-26

Renault_Kadjar (36)

Le Renault Kadjar

Pour ce comparatif, nous avons comparé les deux stars du segment dans leur finition haute : l’Ateca 2,0 L TDI 150 EXCELLENCE 4Drive (4 roues motrices), et le Kadjar 1,6 L dCi 130 Intens 4WD (rappelons à ce sujet qu’il s’agit de la motorisation diesel la plus puissante de la gamme).

D’un point de vue esthétique, l’Ateca décline avec succès les ingrédients qui ont fait le succès de la dernière Léon. Avec ses lignes tendues, ses arrêtes vives, ou ses porte-à-faux réduits, l’Ateca propose un design qui offre un joli compromis entre le dynamisme qui caractérise les dernières productions de la marque, et la robustesse qu’on attend d’un SUV. Long de seulement 4363 mm (pour une hauteur de 1615 mm), il est le véhicule est le plus compact de sa catégorie -un Volkswagen Tiguan le dépasse par exemple de 13 cm-.

essai-seat-ateca-13

L’Ateca est le SUV le plus compact de sa catégorie

essai-seat-ateca-21

Ces bonnes impressions se confirment quand on pénètre dans l’habitacle. Assemblages irréprochables, matériaux plutôt flatteurs (sauf la partie basse de la planche de bord, qui manque un peu de distinction) : la planche de bord de l’Ateca témoigne à elle seule des progrès réalisés par la marque ibérique ces dernières années (même si elle reste un cran en dessous de celle d’un Tiguan). L’ergonomie se révèle bien pensée, et on apprécie l’écran tactile 8 pouces du système d’infodivertissement, aussi intuitif que rapide à l’usage. Mention spéciale pour le chargeur à induction, qui recharge son smartphone lorsqu’on le dépose dans un logement disposé sous la console centrale (testé, et approuvé!).

essai-seat-ateca-5

essai-seat-ateca-8

La recharge par induction est de série sur la finition haut de gamme Xcellence

Malgré son gabarit compact, l’auto soigne ses aspects pratiques, avec des plaques arrières confortables et plutôt spacieuses, et un coffre au volume de chargement intéressant (485 litres en version 4Drive, et même 510 litres en version 2 roues motrices).

essai-seat-ateca-9

Malgré sa longueur supérieure (4449 mm), le coffre du Renault Kadjar cède quelques précieux litres à l’Ateca, puisqu’il engloutira 472 litres d’armes et bagages. L’habitabilité arrière du SUV Renault est également en léger retrait par rapport à ce dernier.

essai-seat-ateca-27

essai-seat-ateca-28

En grimpant à bord du Kadjar, la différence de philosophie par rapport à l’Ateca frappe. Le SUV français offre en effet une position de conduite assez haut perchée, qui permet de réellement « dominer » la route, alors que l’Ateca propose pour sa part une expérience qui se rapproche de celle d’une « berline ».

Si la planche de bord du Kadjar se montre un peu moins austère que celle de l’Ateca, elle n’offre en revanche pas la même qualité de finition, que ce soit du point de vue des matériaux utilisés, ou de la précision des assemblages. Par ailleurs, l’écran tactile 7 pouces du système R-Link 2 se montre désormais un peu étriqué face à celui du Seat.

Renault_Kadjar (23)

C’est toutefois au volant que les différences se font le plus ressentir.

Comparé au 1,6 L dCi 130 du Kadjar, le 2,0 L TDI 150 de l’Ateca se montre logiquement plus performant : avec un 0 à 100 km/h couvert en 9 secondes, le SUV espagnol se montre en effet plus rapide de 2 secondes pleines par rapport à son rival français. Plus que ces chiffres, c’est la différence de comportement de ces deux moteurs qui est assez flagrante : si le 2,0 L TDI se montre souple et « rond », avec son couple important (340 Nm, soit 20 Nm de plus que sur le Kadjar), le bloc 1,6 L dCi se montre plus creux à bas régimes, et nécessitera par conséquent de monter davantage dans les tours. Par ailleurs, le 1,6 L dCi se montre également plus braillard que le TDI, et est affublé d’une boîte de vitesse manuelle à la commande moins agréable et plus bruyante que celle de l’Ateca. A la pompe en revanche, c’est le Kadjar qui l’emporte d’une courte tête, avec une consommation mixte annoncée à 4,9 L/100 km, contre 5,1 L/100 km pour l’ibère.

essai-seat-ateca-4

Avec un poids à vide de 1.536 kg, le Kadjar se montre environ 100 kg plus lourd que l’Ateca, qui fait figure de poids plume dans sa catégorie. Cette différence de poids, associée à un amortissement plus ferme, rend le comportement routier du SUV espagnol beaucoup plus dynamique que celui de son concurrent français. Prise de roulis limitée, train avant réactif, direction précise : l’expérience de conduite de l’Ateca se rapproche de celle d’une berline. Même s’il ne démérite pas à ce chapitre, le Kadjar n’offre pas le même agrément, avec son comportement plus pataud, et son volant un brin lourdaud. En revanche, son confort se montre de meilleure qualité.

essai-seat-ateca-3

D’un point de vue financier, nos deux concurrents se tiennent dans un mouchoir de poche : notre Ateca d’essai (2,0 L TDI 150 4Drive XCELLENCE) était affiché à 34.775 Euros, soit 675 Euros de plus que le Kadjar (1,6 L dCi 130 4WD Intens).

essai-seat-ateca-16

A ce tarif, le Kadjar offre une belle dotation de série : projecteurs avant Full LED, système R-Link 2, détecteur d’angle mort, système easy park assist, sellerie simili-cuir/tissu, ou jantes 19 pouces. L’Ateca enfonce toutefois le clou, et rajoute à cette dotation le grand toit ouvrant panoramique, le hayon à ouverture main-libre, la sellerie Alcantara, le système « Top View Caméra 360° », ou encore le génial chargeur à induction. Largement de quoi compenser la petite différence de tarif, d’autant plus que le Seat offre 20 chevaux supplémentaires.

essai-seat-ateca-2

Pour finir ce comparatif, et même si nous n’avons pas eu l’occasion de tester le Kadjar en « off-road », notons quand même que l’Ateca s’est montré bluffant de cet exercice, se jouant des pentes les plus prononcées, et n’hésitant pas à se mettre dans des situations périlleuses, comme ici pour l’exercice impressionnant du croisement de pont.

essai-seat-ateca-17

Mention spéciale au système Hill Descent Control, qui gère automatiquement la vitesse du véhicule en descente, sans qu’on ait à presser la pédale de frein. Bluffant!

essai-seat-ateca-18

Bilan : Carton plein!

Avec sa jolie gueule, sa finition de qualité, son comportement routier réussi et son rapport prix/équipements très intéressant, le Seat Ateca s’inscrit d’emblée parmi les références de son segment, avec le VW Tiguan. Même s’il ne démérite pas, le Renault Kadjar est distancé sur presque tous les champs -à l’exception notable de celui du confort-. Pour un coup d’essai, l’Ateca n’est pas loin de constituer un coup de maître, même s’il nous tarde de le comparer au nouveau Peugeot 3008!

essai-seat-ateca-29

essai-seat-ateca-12