Une journée riche en émotion(s) !

Vous êtes propriétaire d’une Renault Sport, vous êtes fan de votre monture (on vous comprend aisément !), et vous avez envie de l’exploiter pleinement, sans risquer votre vie ou celle des autres (et votre permis de conduire, accessoirement…) ? La marque a la solution pour vous, au travers des « Journées Passion Renault Sport » (#RSTrackDay pour les intimes).

L’idée est simple : exploiter tout le potentiel de votre auto sur les plus beaux circuits Français (et même Européens ou Internationaux, si le coeur vous en dit !) en compagnie d’autres passionnés de la marque, le tout en bénéficiant d’un cadre sécurisé (moniteurs, commissaires de piste…).

Afin de nous faire vivre cette expérience, Renault Sport m’a convié le 4 septembre dernier au Circuit Bugatti du Mans, en compagnie d’un petit groupe de blogueurs/influenceurs. Embarquez avec moi pour une journée riche en émotion(s) !

Une alliée de taille

C’est bien connu : avant de partir en guerre, il faut au préalable se doter d’une bonne arme. Pour l’occasion, j’étais plutôt bien logé : Renault Sport m’avait en effet confié les clés d’une superbe Clio 4 R.S. Trophy restylée (que j’essayais il y a un peu plus d’un an sur le circuit de Haute-Saintonge). Avec ses 220 ch, son couple maximum de 280 Nm (fonction Overtorque enclenchée), ses suspensions raffermies ou son système d’échappement Akrapovič, la petite citadine sportive au losange est en effet du genre à faire parler la poudre, tout en restant parfaitement exploitable pour le plus grand nombre.

Le rendez-vous des passionnés

La communauté Renault Sport est réputée pour sa passion. Il suffit de déambuler dans le paddock quelques minutes pour s’en apercevoir ! C’est en effet dans une ambiance « bon enfant » que les différents propriétaires présents échangent au sujet de leurs jouets, sans jamais tomber dans le « show-off ». Rafraichissant !

Une organisation rigoureuse

Sitôt arrivé, mon groupe se dirige vers la grande salle de réception. Histoire de nous mettre immédiatement dans l’ambiance, Renault Sport y avait exposé deux F1 : une F1 « des temps modernes », et la mythique RE40, pilotée par Alain Prost pendant la saison 83. Au programme, la présentation de la journée, suivie du traditionnel brief de sécurité.

La sécurité étant un maître-mot pour les organisateurs, ce brief est l’occasion de bénéficier d’une piqûre de rappel, qu’il s’agisse de la signification des drapeaux, de l’interdiction de désactiver totalement les aides à la conduite, ou de la nécessité d’être très vigilant s’agissant des dépassements.

A l’issue de ces studieux instants, j’apprend que je suis classé dans le groupe noir, et que je vais donc tourner en compagne des passionnés Renault Sport les plus aguerris (il y a deux autres groupes : les débutants -en vert-, et les confirmés -en rouge-). Au total, la journée est découpée en six sessions de 20 minutes, les trois groupes se succédant sans temps mort. Je vais donc pouvoir profiter de ma Clio Trophy sur la piste pendant près de 2 heures !

Conséquent, ce temps sur piste peut être entrecoupé d’un amusant atelier Gymkhana en Twingo GT, histoire de se « détendre » un peu. Le but ? Accomplir le parcours le plus rapidement possible (en restant sur le premier rapport), le tout en faisant tomber le moins de quilles possibles. Un atelier ludique, à l’image de cette petite auto pleine de caractère !

Des rock-star en guest

En arrivant dans les stands, deux bombes signées Renault Sport m’attendent dans un garage : la démoniaque R.S.01, au look aussi agressif que ses performances, avec son V6 bi-turbo de 550 ch de Nissan GT-R ; et la non-moins redoutable Clio Cup, motorisé par le même bloc 1.6 L TCe de 220 ch que la Trophy, mais qui se montre bien plus radicale, avec son intérieur dépouillé, son arceau de sécurité soudé à la coque, et ses trains roulants revus. Pour les amateurs de sensations fortes, des baptêmes dans cette dernière (avec un pilote derrière le volant) étaient possibles, contre supplément.

Des sensations au top

Les présentations étant faites, il est temps pour moi de rentrer dans le vif du sujet. C’est accompagné d’un très sympathique moniteur-instructeur (que je remercie une nouvelle fois au passage) que je vais effectuer mes 6 sessions sur piste. Si la présence d’un instructeur à vos côtés ne fait pas partie du « package » classique des #RSTrackDay, vous pouvez cocher cette « option » si vous le souhaitez. De mon point de vue, je ne peux que vous recommander de le faire, tant les conseils de ce dernier se seront révélés précieux. Trajectoires, freinage dégressif, transferts de masse… : autant de points abordés par mon instructeur, et qui se révèlent cruciaux sur la piste.

Après avoir pris mes marques sur la piste à l’occasion des premières sessions, j’augmente progressivement mon allure, histoire de ne plus être une « chicane mobile » pour les autres participants du groupe noir. Il faut dire que ces derniers ne sont pas là pour « amuser » le terrain, surtout qu’ils roulent essentiellement en Mégane 3 R.S, dont la puissance oscille entre 250 et 275 ch (et bien plus avec une bonne prépa…). Gloups !

Quoiqu’il en soit, j’aurai pris un très grand plaisir au volant de ma Clio R.S. Trophy, parfaitement adaptée au circuit Bugatti, plus sinueux que rapide. Performante, agile, vivante mais jamais scabreuse, elle se sera montrée à la hauteur de mes attentes. Seul bémol : l’attaque de sa pédale de frein, un peu trop molle à mon goût.

Mention spéciale à la sonorité de son échappement Akrapovič, qui offre une bande son absolument irrésistible, avec son souffle à faire pâlir Dark Vador himself !

Une vidéo valant mieux qu’on long discours, je vous propose d’embarquer avec moi pour deux tours sur le circuit Bugatti !

Une belle rencontre en bouquet final

Les #RSTrackDay, c’est aussi des rencontres avec le gratin du sport automobile Français : Jean Ragnotti avait ainsi régalé les participants de la session organisée au circuit du Castellet, avec ses facéties en R5 Turbo.

Pour cette session, Renault Sport avait convié un illustre ex-pilote de F1 (et de bien d’autres choses…) : Jacques Laffite. Grand privilège, j’ai pu bénéficier d’un baptême en Clio Trophy avec M. Laffite au volant. Un moment inoubliable, au cours duquel j’ai pu constater qu’il n’avait rien perdu de sa verve au volant !

Tarifs, réservation et bilan

L’idée est répandue : rouler sur circuit, c’est cher. Pourtant, les tarifs de ces #RSTrackDay nous semblent plutôt contenus, surtout au regard de la qualité de l’organisation, et du temps passé sur piste. Ainsi, cette session au circuit Bugatti était facturée 290 Euros (tarif comprenant l’assurance responsabilité civile).  Personnellement, je vous recommande chaudement l’expérience, afin d’exploiter sans arrière pensée tout le potentiel de votre Renault Sport. Intéressé ? Vous pouvez consulter le calendrier des prochaines session et réserver ici.


 

Commentaires Facebook
Share This