Essais

Essai : Cupra Ateca restylé : Toujours dans le coup ?


Le Cupra Ateca restylé à l’essai

Le Cupra Ateca fera date dans l’histoire de la jeune marque Espagnole. Et pour cause : c’est avec lui que tout a débuté. Premier véhicule à recevoir le logo Cupra sur sa calandre (c’était en 2018), le Cupra Ateca poursuit son bonhomme de chemin. Il a fait l’objet d’un restylage en 2020, avec une nouvelle face avant, et une technologie mise au goût du jour. Après quelques années de carrière, et l’arrivée du SUV Formentor (premier véhicule 100 % Cupra), le Cupra Ateca restylé est-il encore dans le coup ? Pour le découvrir, j’ai passé une semaine entière à son volant !

Un look classique, mais efficace 

Contrairement au Formentor, le Cupra Ateca reprend la base (et les traits) d’un modèle Seat pré-existant. 

A défaut de prise de risque, la présentation extérieure est efficace et de bon aloi. La quadruple sortie d’échappement arrière (non factice, ça devient rare !) est toujours aussi suggestive, et le kit carrosserie -qui lui donne un look survet-baskets- qui lui va à ravir. Surtout, le coup de bistouri opéré au niveau de la face avant lui a donné une présentation plus contemporaine, avec un bouclier largement ajouré plus dynamique, et une signature lumineuse rafraichie.

Un habitacle sobre (trop), mais encore dans le coup

Disons-le clairement : l’habitacle du Cupra Ateca restylé a vieilli. Il ne possède pas le caractère aérien du Formentor, et son mobilier semble relativement daté. Et pour cause : il est étroitement dérivé de la troisième génération de Seat Léon, qui a quitté le catalogue il y a déjà quelques années.

Le dessin est donc d’un grand classicisme, voire austère. Cela n’a pas que des inconvénients : l’ergonomie est excellente, et la qualité de fabrication reste globalement sérieuse (même si on peut quand même lui reprocher l’utilisation de plastiques un peu trop communs en partie inférieure).

Si le dessin est un peu daté, la technologie embarquée reste quant à elle parfaitement au goût du jour. Le système d’infodivertissement, à l’interface et aux graphismes dépoussiérés, repose sur un nouvel écran, et réduit à portion congrue ses boutons physiques. On apprécie également le nouveau volant Cupra, avec son placage façon carbone, et ses coutures cuivrées.

Les compteurs numériques sont toujours aussi efficaces.
La connectivité Apple CarPlay est évidemment de la partie.

Par ailleurs, on retrouve avec plaisir les excellents baquets Cupra en suédine (de série), confortables et agréables à regarder, ainsi que les aspects pratiques soignés de ce SUV. Ils constituent justement l’un des points forts du Cupra Ateca, qui accueillera sans difficulté une famille (et ses bagages).

Au volant du Cupra Ateca restylé

Si la présentation se modernise et que la technologie embarquée se met au goût du jour, c’est en revanche le statut quo au niveau technique pour le Cupra Ateca restylé. Il affiche toujours 300 ch, une transmission intégrale 4Drive, et compte toujours sur la même boite DSG7 à double embrayage. On ne change pas une équipe qui gagne, n’est-ce pas ?

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que le Cupra Ateca dévoile de bonnes manières en utilisation urbaine. La souplesse naturelle du bloc 2.0 TSI fait des merveilles, la direction se montre souple, et le Stop and Start opère de façon quasi-imperceptible. De même, et même si elles sont (forcément) typées plus fermes que la moyenne, les suspensions ne nous secouent pas comme un prunier.

Sur autoroute, le Cupra Ateca est (aussi) dans son élément. Sa tenue de cap est imperturbable, et la foule d’aides à la conduite (Travel Assist, détecteur d’angle mort très performant) rendent l’expérience rassurante. Les sièges baquets offrent un bon confort sur les longues distances, mais on peste en revanche contre les bruits d’air, un peu trop présents aux allures autoroutières.

Mais c’est bien sur le réseau secondaire que le Cupra Ateca restylé révèle l’étendue de son talent.

Le Cupra Ateca restylé à l’assaut des routes tortueuses

De prime abord, la hauteur de caisse du Cupra Ateca incite à la retenue. Mais ça serait faire une grave erreur. Car les sorciers de Cupra (à moins qu’il ne s’agisse de diables, comme le logo de la marque le laisse à penser ?) ont fait des merveilles. C’est bien simple : le SUV Ibérique sportif se joue littéralement des virages.

Vissé au sol, quasi-insensible au roulis et offrant une excellente motricité (merci la transmission intégrale 4Drive), il offre une efficacité digne d’une excellente compacte sportive. Le plaisir de conduite est omniprésent sur itinéraire sinueux, et les modes de conduite sont vraiment différenciés. Evidemment, c’est en mode Cupra que le SUV sportif dévoile toute l’étendue de son talent, avec des liaisons au sol et des commandes raffermies, et un 2.0 TSI de 300 ch qui souffle plus fort que jamais.

Bien connu dans le groupe Volkswagen, ce moteur est à mes yeux l’un des meilleurs quatre-cylindres du marché. Plein comme un oeuf, il pousse sans faillir jusqu’à 6.000 tr/min, en offrant des accélérations et des reprises explosives (0 à 100 km/h en 4,9 secs : on s’approche dangereusement du chrono d’une supercar des années 2000 !). Même dépourvue de l’échappement optionnel Akrapovic, la sonorité est résolument suggestive, avec le souffle caractéristique du turbo en charge, et de discrètes détonations au lever de pied.

Sa consommation moyenne tourne autour des 9,5-10 L / 100 km (et même beaucoup plus en conduite sportive), et peut même descendre sous la barre des 9,0 L / 100 en mode « bon père de famille ».

Le seul bémol est à trouver du coté de la boite DSG7, à double embrayage. Douce et agréable au quotidien, elle manque revanche de tranchant en conduite sportive : elle manque de réactivité à la montée des rapports. Pour le reste, et vous l’aurez compris, c’est un carton plein.

Gamme et tarifs du Cupra Ateca restylé

La gamme du Cupra Ateca restylé est d’une simplicité enfantine. La seule motorisation/transmission disponible est le 2.0 TSI 300 ch DSG7 avec la transmission intégrale 4Drive, et on peut opter pour deux finitions : Cupra Ateca « tout court », facturée 44.900 Euros, et Vz Edition, à 51.900 Euros. 

Conclusion : C’est dans les vieux pots…

Oubliez les finitions pseudo sportives et autres accastillages d’opérette de certaines de ses concurrentes, qui misent tout sur le look, mais qui n’ont bien souvent rien dans les jambes. Malgré ses traits de SUV familial, le Cupra Ateca restylé est une vraie voiture de sport. Son comportement routier est d’une efficacité folle (et je pèse mes mots), et son moteur est plus rageur (et plein) que jamais. Alors oui, sa présentation intérieure a pris un petit coup de vieux, mais pour le reste, il a encore de quoi donner du fil à retordre à ses concurrentes. Surtout qu’il n’en a plus beaucoup désormais…