Essais

Essai Audi e-Tron GT quattro : objet roulant non identifié !


Je suis parti à la rencontre de la nouvelle berline premium électrique de chez Audi, la très intrigante e-tron GT quattro !

e-Tron GT quattro

L’accélération de l’électrification du parc automobile est indéniable. Les Allemands, à la base très retors à cette technologie se lancent désormais corps et âme dans son développement. La technologie e-Tron, dont on vous parlait déjà en 2012 était à l’époque synonyme d’hybridation des modèles de la marque aux anneaux. Désormais, la griffe e-Tron désigne la gamme électrique du constructeur. Après l’essai de l’Audi e-Tron 55, place désormais au vaisseau-amiral e-Tron GT quattro !

Les lettres GT pour Grand Tourisme font évidemment toute la différence. Nous avons à faire à une belle berline à fort potentiel pouvant emmener cinq personnes en voyage.

La genèse

C’est en 2018 au Los Angeles Show que la marque d’Ingolstadt a présenté pour la première fois au public son e-Tron GT concept. 3 ans plus tard, la voici dans sa forme finale, et autant le dire tout de suite, quasiment rien ne change… Pour notre plus grand plaisir ! Si vous aimez l’Audi R8 et l’A7 Sportback, vous ne devriez pas être trop perturbés.

L’Audi e-Tron GT quattro est large, très large ! Ses dimensions sont un peu plus grandes que celles de l’Audi A7 Sportback, c’est dire. 1,96 m de large pour 4,99 m de long ! Autant dire qu’à l’œil nu et à son volant, vous n’allez pas faire la différence si on vous dit qu’elle mesure 5 mètres sur 2. Merci aux grandes rainures présentes à chaque extrémité du capot, qui nous donnent un repère pour les manœuvres !

Un design réussi

Côté design donc, on retrouve le trait si cher à la marque aux anneaux. Une calandre Singleframe cette fois-ci inversée et bien évidemment une signature LED très proche de celle de l’Audi R8 V10. A l’avant, on retrouve des prises d’air mobiles qui permettent d’optimiser le refroidissement des freins, mais aussi des moteurs et de la batterie. Un travail considérable est réalisé pour optimiser l’écoulement des flux, et permettre un étonnant coefficient de pénétration dans l’air (Cx) de 0,24.

Là ou l’Audi e-Tron GT quattro se démarque, c’est sur son design arrière. Je suis complétement fan de cette signature LED sur toute la largeur du véhicule. Le diffuseur arrière ainsi que le spoiler arrière renforcent le coté GT.

Un intérieur digne de ce nom

À l’intérieur, on retrouve bien évidemment la signature Audi. Le poste de pilotage fait clairement penser à celui de la R8, et le sentiment d’être enveloppé est très omniprésent. On retrouve bien évidemment l’infodivertissement disponible sur l’ensemble de la gamme Audi.

Le virtual cockpit est omniprésent et sa qualité d’utilisation est indéniable. À titre personnel, et pour en avoir longuement débattu avec une personne de chez Audi, je regrette l’abandon des plastiques moussés. Il s’agit d’un vaste débat, mais les plastiques moussés apporteraient à mon sens un sentiment de qualité indéniable à l’intérieur cossu du véhicule. Je regrette donc l’absence de cette texture sur la partie haute du tableau de bord, ou bien encore sur la casquette de compteur.

Intérieur de la version RS

Cela ne veut pas dire que la qualité des plastiques est cheap ou mal assemblée, non, mais c’est une finition qui mériterait de revenir au goût du jour.

Les places arrière sont spacieuses et confortables. La cinquième place est plutôt fonctionnelle.

Une mécanique d’une ère nouvelle.

Il serait compliqué de parler de l’Audi e-Tron GT quattro sans aborder l’aspect mécanique de l’auto. Basée sur une nouvelle plateforme qu’elle partage avec le nouveau Porsche Taycan, l’e-Tron GT possède une batterie modulaire de 800 V composée de 396 cellules et 3 modules disposés en 2 parties. Sa capacité nette est donnée pour 84 kWh. Bien évidemment, les moteurs ici présents sont deux moteurs électriques bien distincts.

Vous ne trouverez pas de courroie de distribution et autres injecteurs dans l’Audi e-Tron GT ! Le moteur avant développe 238 chevaux, tandis que le moteur arrière en possède 435. La puissance cumulée est donc de 476 chevaux, et même 530 chevaux en overboost (pour un couple de 630 Nm !). Il est justement temps de tester tout ça.

Sur la route

On commence à être habitué, mais pénétrer dans l’habitacle, mettre le contact et ne pas entendre de feulement est déjà assez déroutant. À la place, c’est plutôt la mise sous tension d’une grosse centrale électrique. Une fois que l’on a bien tout checké, on peut y aller dans un silence monacal ou presque ! Les ingénieurs d’Audi ont donc été obligés de travailler l’aspect sonore, que ce soit pour les passagers ou pour les usagers de la route. Ainsi sur l’Audi e-Tron GT quattro, deux haut-parleurs placés à l’avant et à l’arrière émettent un son pour la sécurité des piétons. Au niveau des portes arrière, deux haut-parleurs se chargent d’animer l’habitacle.

Bien entendu, le son varie selon la vitesse et la sollicitation des moteurs ainsi que le mode choisi dans le drive select. Une fois le gabarit assimilé, pris en main la direction, il est temps de voir ce que l’Audi e-Tron GT a dans le ventre, ou plutôt ce que l’on a dans le ventre ! C’est simple, oubliez tous vos repères, et demandez à votre cerveau d’enregistrer d’autres données. Que ce soit en termes d’accélération, de freinage et de passage en courbe, tous vos repères sont erronés. Il faudra faire preuve de sagesse et d’humilité avant d’oser maîtriser l’Audi e-Tron GT.

En overboost les 530 chevaux sont omniprésents dès le moment où vous appuyez sur l’accélérateur jusqu’à ce que votre cerveau vous dise « Jean-Mi tu vas trop vite ! ». J’ai passé des courbes, que dis-je des virages (très) serrés à plus de 90 km/h sans que la voiture ne bronche d’un iota. À partir de 110, les pneus commencent à couiner, mais déjà, là, il faudra savoir garder le rythme !

Une tenue de route d’un autre monde

Le centre de gravité extrêmement bas et les quatre roues directrices rendent l’exercice bien trop facile. Mon modèle d’essai possédait une option particulièrement utile : les freins céramiques ! Composés de 10 pistons et issus de l’ingénierie Porsche, les freins aussi se jouaient de mes repères et arrêtaient l’auto 20 mètres avant mon cerveau ! La transmission intégrale nommée e-quattro renvoie jusqu’à 100 % du couple sur l’essieu arrière pour notre plus grande… folie. Au total, l’auto accuse un poids de 2 276 kg à vide. Le 0 à 100 de l’e-Tron GT est donné pour 4,1 s. Une performance déjà très honorable, mais qui n’est rien face à la version RS ! Promis je vous en parle dans un autre article.

En conclusion

L’Audi e-Tron GT quattro est affichée à partir de 101 500 €. Mon modèle d’essai avec les freins céramiques en option, le toit carbone, etc, culminait à 154 000 €. Une somme certes, mais en adéquation avec la technologie et les performances de l’auto. L’Audi e-Tron GT quattro est une berline premium imposante et diablement séduisante. Si les moteurs thermiques ne vous manquent pas, si vous avez le nécessaire pour la recharger rapidement, alors embrasser le futur à son volant. La consommation est on ne peut plus raisonnable au vu des performances. Un coup de maître réalisé par Audi !

Audi e-Tron GT quattro

101 500 €

On aime

  • La ligne sculpturale
  • 590 chevaux en Overboost
  • La tenue de route exemplaire
  • Les vitesses de passage en courbe

On aime moins

  • L'absence de plastique moussé sur le TdB ^^
  • Il faut réapprendre à conduire !
  • Mes cervicales en carton...