Essais

Essai Audi A3 Berline, la renaissance des tricorps ?


L’Audi A3 est indéniablement un best-seller chez la marque d’Ingolstadt. La 4ème génération rencontrera-t-elle autant de succès que sa devancière ? Il se pourrait bien que oui notamment avec l’Audi A3 Berline.

Audi A3, 4ème génération

En 2017, Mathias était parti essayer l’Audi A3 sur l’Île de Madère. À l’époque l’A3 fêtait ses 20 ans avec un design avant-gardiste et ce depuis 2012. Huit ans après la troisième génération et plus de 5 millions de modèles vendus dans le monde, l’A3 nous revient avec un coup de crayon très affuté. Durant mon essai, j’ai pu découvrir la nouvelle Audi A3 Berline.

Baby A5

Plus sportif et aérodynamique ! Tels sont les premiers critères de la nouvelle Audi A3. La berline fait d’ailleurs clairement penser à une petite A5. Le capot nervuré et les flancs prononcés font allusion directement aux lignes élancées de sa grande sœur.

Le caractère sportif est présent à tous les étages. La calandre Single Frame s’est encore élargie et les pare-chocs rendent le tout très sportifs. Comme toujours, ses fausses grandes aérations resteront au gout de chacun, mais pour le coup, elles se fondent plutôt bien avec l’ensemble. La finition S-Line, la plus vendue en France, a particulièrement été travaillée faisant passer la précédente génération pour une enfant de choeur.

Un intérieur renouvelé

Je l’écris à chaque fois que je test une Audi, il est particulièrement difficile de mettre à défaut une telle qualité de finition. Sur ce point pas de grand changement, c’est du tout bon. Côté design on retrouve là aussi beaucoup de sportivité. Le tableau de bord privilégie le conducteur et les nouveaux diffuseurs d’air accentuent davantage ce sentiment.

Les instrumentations d’info-divertissement sont toujours aussi précises. Quelques nouveautés font leur apparition comme l’interlocuteur intelligent ainsi que la fonction Alexa d’Amazon, disponible en 2021. En revanche, j’avoue ne pas avoir été bouche bée par le système Bang & Olufsen présent. Il est certes de bonne facture mais je m’attendais à mieux. Sans doute le positionnement des haut-parleurs, qui sait.

Plus d’espace et nouvelle motorisation

Coté rangement, l’Audi A3 Berline garde le même volume de coffre à savoir 425L. En revanche, elle gagne 4cm de longueur par rapport à la précédente génération. Ce gain se retrouve notamment aux places arrière avec plus d’espace pour les jambes.

La nouvelle Audi A3 possède 5 motorisations. 2 moteurs diesel 2,0 TDI avec respectivement 116 et 150ch et trois moteurs essence. En entrée de gamme, le fameux 3 cylindres 1L 30 TFSI développe 110 ch. Le 35 TFSI quant à lui bénéficie de 150 ch, mais selon si vous optez pour la boite manuelle ou automatique, il sera accompagné d’une hybridation légère 48V.

Sur la route

Durant cet essai, j’ai donc pu faire environ 200km avec la nouvelle A3 Berline 35 TFSI MHEV. Je le précise à nouveau puisqu’elle embarque cette fameuse batterie 48V qui lui permet non seulement de faciliter les démarrages grâce à l’alterno-demarreur électrique mais aussi de gérer bien d’autres choses.

En effet, cette motorisation MHEV exclusivement disponible avec l’excellent boite S tronic 7, permet de couper le moteur lorsque vous êtes par exemple en descente et que vous relâchez le pied. Une façon parmi tant d’autres de consommer moins de carburant et d’être gentil avec la planète. Au quotidien, la sensation n’est pas désagréable, on est plus étonné de voir l’aiguille de compte-tours tomber à 0 que l’arrêt du bruit moteur pour le coup déjà très discret.

Une tenue de route incroyable

Alors que le moteur développant 150 chevaux est plutôt rageur et dynamique, j’ai été bluffé par la tenue de route. L’A3 Berline est rivée au sol si bien qu’on a l’impression d’avoir un quattro ! Le nouveau calculateur, couplé à la nouvelle suspension adaptative, gère parfaitement la motricité des roues avant et la prise de virage se fait sans aucune appréhension.

Le Col de l’Espigoulier était notre terrain de jeu et bons nombres de motards nous ont vu enrouler les virages avec une aisance insolente ! Un petit bémol toutefois, selon le mode de conduite choisi – notamment en « comfort » – la pédale de frein semble molle et le freinage pas vraiment mordant. Un comble chez Audi. Ne vous inquiétez pas, il s’agit uniquement d’une sensation due à un nouveau maitre cylindre électrique installé sur la version MHEV. Un brin déroutant mais totalement absent une fois le mode de conduite « dynamic » enclenché.

Un véritable chameau

Vous ne me croyez pas ? Demandez à mes amis Thomas de Crank.fr et Arnaud de StartandStop.fr. Ils ont réussi à parcourir les 800km de Paris à Marseille en ne consommant QUE 3,5L/100 avec l’Audi A3 35 TDI 150 !

De mon côté, notre Audi A3 Berline était plus aux alentours des 7-8L/100 avec de franches montées de cols et tests variés en tous genres. Autant dire que les consos annoncées par Audi (5,5 – 6,1) sont tout à fait envisageables en cycle mixte classique.

Conclusion

Cette nouvelle Audi A3 Berline ne fait pas dans l’à-peu-près. Design recherché, finition de grande qualité, motorisations performantes et économes, pas de doute Audi montre une nouvelle fois son savoir-faire. Sa version berline est une franche réussite et reste mon coup de cœur du weekend… En attendant dès le mois prochain de prendre le volant de la version S3 ! Restez connecté !