Dossiers

Notre interview de Bernard Ollivier, le patron d’Alpine


Un retour très attendu

A l’occasion des 24 H du Mans, Blog-Moteur.com a pu s’entretenir avec Bernard Ollivier, le patron d’Alpine. Un homme au parlé franc, qui nous livre son ressenti sur la future sportive de la marque.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-9
Bernard Ollivier, PDG d’Alpine

Quelles sont les valeurs d’Alpine ?

La proximité, la chaleur sont les valeurs d’Alpine. Ce sont des valeurs modernes, comme le fait de préserver sa monture ou d’économiser l’essence, ce qui explique notre présence aux 24 H du Mans. Alpine est une marque qui fait des voitures légères, avec un esprit frugal, simple. Ce ne sont plus les valeurs du rallye, ni de la F1. Alpine c’est modeste, on a la compétition dans le sang.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-6
Le concept Alpine Célébration, exposé au milieu du village des 24 H du Mans

La petite taille de notre prototype Célébration est un signe de maîtrise, d’agilité, et de poids contenu. On nous ne fera pas de cadeaux, ça ne peut donc pas être un châssis de Clio. On est dans le monde du plaisir, pas dans celui de la raison. Ca sera un châssis qui sera sérieux, puisque je considère qu’une voiture de sport c’est la cohérence, un ensemble. Vous serez bluffé.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-7

Le savoir-faire d’une Alpine c’est pas le moteur, c’est le ratio poids-puissance. Le moteur aura une puissance suffisante, avec le poids le plus faible. Le poids, c’est notre crédibilité. Nous voulons en effet apporter de l’air frais dans le marché de la voiture de sport, et de sa pensée unique, qu’on pourrait résumer ainsi : une voiture lourde, où on met les chevaux qui vont bien.

Notre objectif? Permettre à nos clients de se faire plaisir dans les petits virages des Alpes, sans qu’ils craignent pour leur permis.

Peut-on imaginer le recours à des matériaux composites, comme la fibre de verre?

Je m’en fous de savoir comment les voitures étaient fabriquées il y a 50 ans. Je fais une voiture moderne, pour des gens modernes. J’ai le choix des armes, mais j’ai un ADN légèreté/agilité. Je ne m’interdis rien, mais je ne m’oblige à rien, il n’y a que ça qui compte.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-8

Vous maintenez que le positionnement de la voiture sera entre une 4C et une Cayman ?

Je dis avec un peu de forfanterie que l’Alpine n’aura pas de concurrence. Une Alpine c’est de l’élégance à la française : fluide, simple, au service de la performance.

C’est l’agilité avec de la légèreté. Par ailleurs la modernité, c’est une voiture qui s’utilise au quotidien, pour aller au bureau. Par ailleurs je vise une clientèle féminine, à hauteur de 30%, puisque je pense que la voiture de sport n’est pas l’apanage des hommes.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-1

La 4C répond t-elle au problème ? Non. La Cayman? Un peu plus. L’Alpine est dans une autre dimension, elle se positionne dans un autre monde, c’est pour ça que je considère que l’Alpine n’a jamais été remplacée sur le marché.

Y’aura t-il une compétition client ?

« Probably ». Battre les Aston Martin, les Corvette, les Ferrari, c’est ça le panache. Mais on en est pas encore là, il faut déjà sortir la voiture.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-2

Justement, quand la voiture va-t-elle sortir ?

Le délai de sortie est une variable d’ajustement. Il y a une telle attente pour cette marque mythique qu’il va être très dur de se montrer à la hauteur. On a droit qu’à un coup, il ne faut donc pas se louper. C’est pour ça qu’on peut prendre notre temps. Si on se loupe, la marque est morte. On a pas le temps, mais on a pas le choix.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-3

Quels sont les marchés visés par cette nouvelle Alpine ?

Il va falloir aller les chercher les allemands, les anglais, les italiens, les japonais. Le marché Français est tout petit, nos volumes sont ailleurs, puisque l’hexagone ne représentera que 20% des ventes. Il reste donc 80% à trouver.

On regarde les pays où il y a « du jus » : l’Allemagne est le premier marché de la voiture de sport en Europe. Une Alpine qui ne se vend pas en Allemagne, ce n’est pas bon signe.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-5

Quand les japonais se sont lancés dans la voiture de sport, ils sont allés en Californie, parcque c’est là où les normes étaient les plus dures. On ne va pas donc faire dans la médiocrité. Il y a aussi l’Angleterre, pays d’amoureux des bagnoles, or la marque est assez anglo-saxone dans l’esprit : design simple et fluide : rappelez-vous du « light is right » de Colin Chapman. Il y a aussi le Brésil, le Mexique, l’Australie, ou les pays du Golfe.

Alpine-Celebration-Bernard-Ollivier-4

Un grand merci à Bernard Ollivier, aux équipes de Renault, et à la team Signatech-Alpine, qui a du malheureusement abandonner la course, alors qu’elle occupait la 3ème position dans sa catégorie.