Essais

Essai : Honda HR-V 2022 e:HEV : Il ne fait rien comme les autres


Le nouveau Honda HR-V à l’essai

Lancé en 1999 et surnommé « Joy Machine », le premier Honda HR-V était résolument inclassable. Avec sa carrosserie 3 portes à la croisée des genres entre break, SUV (on les appelait encore « 4×4 » à l’époque) et coupé, il constituait à l’époque une proposition unique sur le marché. Après une deuxième génération adoptant définitivement les codes des SUV coupé, le troisième opus de Honda HR-V fait ses premiers tours de roues en cette fin d’année 2021. Avec ses 4,34 m de long, ce nouveau Honda HR-V s’intercale entre les segments des SUV urbains et des SUV compacts. Il fait le choix d’une unique motorisation hybride, soigne sa présentation (extérieure et intérieure) et ses aspects pratiques. Est-ce suffisant pour se frotter aux ténors de la catégorie ? Pour vous le dire, je suis parti à sa découverte dans les environs de Francfort, en Allemagne.

Le nouveau Honda HR-V.

Un style extérieur plus épuré et élégant

Ce nouveau HR-V marque une vraie évolution pour le design Honda. Parfois complexe (voire surchargé) sur certaines productions de la marque ces dernières années, le style se fait ici plus simple, plus épuré.

Exit les angles vifs et les arrêtes marquées, ce nouveau HR-V adopte des surfaces lisses et harmonieuses. A l’arrière les poignées de portes sont dissimulées dans les montants, et la lunette arrière fuyante confère au nouveau HR-V un look « trapu » pas désagréable. 

En fonction de la configuration choisie, la grille de calandre pourra être de la même couleur que le reste de la carrosserie, ou être au contraire contrastée.

L’ornement tricolore est de série sur la finition Advance Style.

Dans l’ensemble, et à défaut d’avoir une personnalité exubérante, l’auto est élégante et valorisante, et laisse de côté le style « manga » caractéristiques des productions Honda ces dernières années (la nouvelle génération de Civic va également suivre ce chemin).

Un habitacle moderne et agréable

L’habitacle du nouveau Honda HR-V suit la même voie que l’extérieur. La présentation se fait plus aérienne, avec des formes douces pour le mobilier. Une vraie sensation d’espace se dégage de l’ensemble, et la visibilité a été également mise en avant.

Comme souvent sur les productions Japonaises, les matériaux utilisés sont quasi exclusivement rigides. La qualité perçue reste malgré tout bonne, avec l’utilisation d’un simili-cuir pour la casquette de compteurs ou l’entourage du levier de vitesse, et des assemblages qui respirent le sérieux. J’ai particulièrement apprécié les touches de couleur qui égaient l’habitacle, à l’image du cerclage cuivré du levier de vitesse, ou du bandeau beige. Une spécificité de la version haut de gamme Advance Style.

Même si elle repose sur un écran digital, l’instrumentation est conservatrice dans son approche : la partie gauche est numérique, tandis que la partie droite reste analogique, avec un traditionnel compteur de vitesse à aiguille. Ce n’est pas un mal : elle est très claire à l’usage. 

A l’heure du tout tactile, Honda a eu la bonne idée de conserver des commandes physiques pour son nouveau HR-V, à l’image des boutons rotatifs pour la climatisation. Simple et efficace. 

Enfin, Honda a travaillé le système de diffusion de l’air, dans le but de plaire à ceux qui n’aiment pas recevoir la ventilation sur eux. Dans les faits, deux modes sont disponibles (ils se sélectionnent via une commande rotative de part et d’autre de la planche de bord) : ventilation normale avec flux d’air dirigé vers l’avant, et système de diffusion de l’air, qui produit une « brise légère » pour les passagers, avec un flux diffusé le long des vitres. Plutôt malin.

La commande de diffusion de l’air.

Un système d’infotainment (enfin) au niveau

Bien implanté, l’écran 9 pouces du système d’infotainment HMI marque une belle évolution par rapport aux anciennes productions de la marque. Jadis lente et complexe, l’interface devient bien plus simple, et l’écran répond bien aux sollicitations. 

Les couches de menus ont été réduites, et des raccourcis font leur apparition. Les connectivités Apple CarPlay et Android Auto sont de la partie, et l’auto offre un point d’accès Wi-Fi, et des fonctions à distance, via l’app My Honda+. Le chargeur sans fil est de série sur le dernier niveau de finition Advance Style.

Des aspects pratiques de premier plan 

Le nouveau Honda HR-V offre une longueur équivalente au modèle précédent. Il se targue pourtant d’offrir plus d’espace que ce dernier.

Pour cela, les ingénieurs Honda ont revu l’architecture intérieure. C’est ainsi que le réservoir à carburant migre en position centrale (sous les sièges avant), afin d’obtenir un espace de chargement parfaitement plat. L’espace aux jambes à l’arrière a été augmenté de 35 mm, et les fameux (et géniaux) « Magic Seats » sont reconduits. On se sent bien à l’arrière du HR-V, avec un bel espace disponible (pour les genoux mais aussi la tête), un dossier incliné confortable et une belle visibilité. Un Toyota CH-R se montre bien plus étriqué à ce niveau.

Les Magic Seats portent très bien leur nom !

Le coffre offre 319 litres de chargement, et 1.289 litres une fois les sièges arrières rabattus. Notez enfin que le hayon électrique est livré de série sur le deuxième niveau de finition Advance. 

Le nouveau Honda HR-V e:HEV sur la route

Tout comme la dernière Jazz ou le C-RV, le nouveau Honda HR-V n’est proposé qu’avec une seule motorisation hybride. Baptisée e:HEV, cette motorisation combine un bloc essence 1.5 litres i-VTEC à cycle Atkinson à deux moteurs électriques. Elle est dépourvue d’une boite de vitesse classique, puisque la transmission est assurée par un dispositif à pignon unique. Par rapport à la Jazz, la capacité de la batterie lithium-ion a été revue à la hausse, tout comme la puissance : au total, le nouveau HR-V dispose de 131 ch / 253 Nm.

Cela faisait un petit moment que je n’avais plus conduit de Honda, mon dernier essai remontant à 2018 avec la Civic Type-R. Malgré cela, j’ai rapidement pris mes marques au volant du nouveau HR-V. La position de conduite surélevée est agréable, et la visibilité est bonne (malgré les énormes rétroviseurs), grâce à des montants fins. Les commandes sont douces, et les premiers kilomètres effectués en ville se font de manière très zen, puisqu’on évolue quasi exclusivement en mode EV (électrique si vous préférez). Un vrai bonheur !

La transition entre les différents modes (électrique / hybride / thermique) se fait de façon imperceptible, et les différents rapports (simulés puisqu’il n’y a pas de boite de vitesse) s’égrènent sans à-coups. Ces (excellentes) premières impressions sont tempérées quand on presse de façon plus importante la pédale de droite : le moteur thermique brise alors le silence ambiant, avec des montées en régime qui rappellent celles d’une boite CVT. Et évidemment, plus on a besoin de puissance (notamment lorsque le relief s’invite de la partie), plus cet écueil s’accentue.

Une consommation maitrisée, et un amortissement prévenant

Ce nouveau Honda HR-V incite donc à adopter une conduite apaisée, d’autant plus que la motorisation hybride offre des accélérations dans la moyenne, avec un 0 à 100 km/h bouclé en 10,6 secondes. Il se rattrape par son économie de carburant, avec une consommation en utilisation mixte ville / route très raisonnable : environ 5,5 L / 100 km. Une belle performance pour un véhicule qui accuse près de 1,4 t sur la balance ! Sur autoroute, la consommation grimpe logiquement, puisque le thermique assure l’essentiel de la propulsion : elle s’établit à environ 7.0 L / 100 km. Notez par ailleurs que les palettes situées derrière le volant permettent de jouer sur la régénération d’énergie au lever de pied.

Ce nouveau Honda HR-V possède un amortissement très prévenant, avec une belle qualité de filtrations des irrégularités. Son comportement routier est équilibré et sain, et la notion de plaisir de conduite ne lui est pas inconnue, même si la direction gagnerait à être plus tranchante. Différents modes de conduite sont disponibles : normal, econ, et sport. Le mode sport raffermit légèrement la direction, mais le moteur thermique appuie de façon trop bruyante les accélérations : restez plutôt en mode normal.

Gamme et tarifs du nouveau Honda HR-V

La gamme HR-V s’article autour de trois finitions : Executive / Advance / Advance Style, facturées respectivement 31.520 Euros, 34.020 et 36.520 Euros. Actuellement, son tarif descend sous les 30.000 Euros (29.690 Euros très précisément), avec l’offre actuelle conjuguant 1.230 Euros de prime Honda et 600 Euros d’aide à la reprise.

Le nouveau HR-V est déjà bien pourvu en finition d’entrée de gamme : climatisation automatique, sièges chauffants, radars de stationnement AV/AR, caméra de recul, système Honda Connect de 9 pouces, phares à LED… Tous les équipements de sécurité sont déjà présents : régulateur adaptatif, reconnaissante des panneaux, assistance au maintien dans la voie (…).

La finition Advance gagne notamment le chargeur sans fil, la sellerie cuir synthétique et tissu, le volant chauffant, la climatisation bi-zone, le hayon main-libres, ou la surveillance des angles morts. Enfin, la finition Advance Style soigne sa présentation, avec un toit contrasté noir, des rails de toit, des touches orange dans l’habitacle, un système audio 10 HP (très efficace), ou encore un chargeur par induction.

Notez enfin que des packs d’accessoires permettent de personnaliser son auto (calandre contrastée, sellerie cuir, accastillages …), et que la très rassurante garantie moteur de 10 ans est offerte sur le marché Français.

Conclusion : Un SUV original et bien pensé

Ce nouveau Honda HR-V brouille les pistes. A mi-chemin entre les SUV urbains et les SUV compacts de part ses dimensions, il offre une habitabilité excellente. Sobre et élégante, la présentation extérieure marque une nette rupture par rapport aux productions Honda précédentes, et l’habitacle est réussi : il est bien présenté et agréable à vivre. Son unique motorisation hybride constitue à la fois l’un de ses points forts (de part sa douceur et sa consommation maitrisée) mais aussi son principal écueil, avec des performances moyennes et un bruit du thermique envahissant lors des phases d’accélérations soutenues. S’il ne dispose peut être pas de la personnalité atypique de la première génération de HR-V, il conserve son approche résolument atypique, et plutôt rafraichissante je dois bien l’avouer.