News

Nouvelle DS 4 : La DS que tout le monde attendait ?


DS 4 : Un bon numéro ?

Avec l’arrêt de la vieillissante DS 3, la gamme DS n’était plus composée que de deux SUV : le baroque DS 3 Crossback, et l’opulent DS7 Crossback. Les amateurs de berlines étaient donc invités à aller voir la concurrence. Un comble pour une marque qui se targue de ressusciter l’esprit de la Citroën DS originelle. L’honneur est aujourd’hui réparé : je vous présente la nouvelle DS 4.

Longue de 4,40 m, cette DS 4 se positionne sur le segment C Premium, au même titre que les Mercedes Classe A, BMW Série 1 ou Audi A3. Je vous disais quelques lignes plus haut qu’elle constitue la nouvelle proposition de DS sur le segment des berlines compactes. Correction : elle n’ignore pas totalement la mode actuelle des SUV, puisque DS souhaite offrir une auto à « mi-chemin entre un SUV coupé et une berline compacte ». Bien campée sur ses grosses roues (qui peuvent aller jusqu’à 20 pouces), son profil se caractérise donc par une ceinture de caisse rehaussée, par des flancs ciselés, et par une poupe très inclinée.

La version Cross pousse encore plus loin la ressemblance avec un SUV, avec des gimmicks typiques de l’espèce, dont des sabots de protection en bas des boucliers. Une déclinaison Performance Line plus sportive est également de la partie.

Les DS sont réputées pour leur intérieur travaillé (parfois trop) et résolument distinctif. Cette DS 4 ne déroge pas à la règle : la présentation est flatteuse et recherchée. Selon les finitions, de nombreux matériaux luxueux agrémentent l’habitacle : Alcantara, cuir (avec la fameuse sellerie façon bracelet de montre), aluminium, et même une finition « carbone forgé » pour le volant de la version Performance Line !

De façon tout aussi originale, DS a remplacé le levier de vitesse de la boite automatique par un écran tactile de 5 pouces. Ça tombe bien : la DS 4 ne sera disponible qu’avec ce type de transmission !

Evidemment, la technologie embarquée n’est pas en reste : l’écran d’info-divertissement de 10 pouces offre des commandes gestuelles, et l’auto embarque des systèmes de conduite semi-autonome de niveau 2. Comme sur les Peugeot 3008 et 508, une caméra infrarouge est même disponible pour la vision de nuit.

Basée sur la plate-forme EMP2, la DS 4 sera disponible en motorisation essence (trois niveaux de puissance : 130, 180 et 225 ch), en diesel (un seul moteur de 130), et en version hybride rechargeable. Cette dernière offrira 225 ch au total, et une autonomie en tout électrique annoncée à 50 km. Les tarifs n’ont pas encore été dévoilés.

Alors, que penser de cette DS 4 ? Si certains ont pu déceler une ressemblance certaine avec le dernier Lexus UX au niveau du 3/4 arrière (j’en fais partie), je trouve qu’elle va dans le bon sens, surtout a côté d’un DS 3 Crossback trop clivant. Il me tarde de vérifier ces premières bonnes impressions sur le terrain !