Audi R8 Spyder, machine à rêve

Quand Audi France, m’appelle et me dit « Salut Michael, on organise un petit raod trip au pays de Galles, ça te dit ? Comment, le véhicule ? On a fait simple cette fois, c’est juste des R8 Spyder V10… » je tombe de ma chaise, et je cours préparer ma valise en attendant sagement devant la porte d’entrée la date fatidique du départ. Pour ma première fois chez nos amis anglo-saxons, débarquez à Manchester et faire pas loin de 300km en 2 jours était une première rentrée en matière ! Pire, aller essayer un cabriolet au « pays de la pluie » était une folie, et bien croyez-moi ou non, nous n’avons pas vu une goutte de pluie. Bref, passons dans le vif du sujet, l’Audi R8 Spyder nous attend et c’est non sans une pointe d’anxiété que je prends place dans cette machine à rêve.

Les copains sont tous la, Autocult, le GDB, Start&Stop, Le petit Français, Kambouis, SpeedGuerilla, la crème de la crème vous dis je ! Avec Jean Charles, nous décidons de nous diriger vers la jaune… en plaque allemande. « Dite les gars, juste pour info, celle-ci provient directement de la maison mère en Allemagne. Ils nous l’ont prêté pour le séjour, je compte sur vous ». Euh … Cool ! C’est vrai qu’elle en jette en jaune. Cette couleur met en avant les courbes du Spyder qui n’ont rien a envier à celle du coupé, le toit en moins. La capote se rabat en moins de 20 secondes et ce, jusqu’à 50 Km/H. Il est temps de passer aux choses sérieuses et de s’extirper de la ville. Place aux routes escarpées et sinueuses galloises. Compteur en miles, pour ne pas se laisser surprendre, volant à gauche pour conduite à droite, c’est parti.

Hit the road jack

Le V10 Lamborghini, pardon Audi, s’ébroue dans un feulement orchestral. Souvenez-vous, nous avions déjà eu le privilège de conduire l’Audi R8 V10 Plus à sa sortie, sur les routes ardéchoises. Nous avions bien été gâtés par la météo et le coupé nous avait déjà laissé de très beaux souvenirs. Sur les petites routes galloises, l’Audi R8 Spyder s’est parfaitement comportée, le confort est omniprésent mais un brin rigide il est vrai. Notre R8 a fait tourner plus d’une tête. Et la je tiens à rendre un bel hommage à nos amis anglo-saxons qui durant tout le séjour n’ont cessé de complimenter nos autos. Pouces levés, grands sourires, famille au grand complet sur l’autoroute vitres baissées pour entendre rugir le V10. Une vraie passion que nous avons eu plaisir à partager. Police comprise !

Triangle EVO, let’s go !

Pour les fans du magazine EVO, nous sommes allés poser les gommes de notre Audi R8 Spyder sur le mythique triangle EVO, un tracé emprunté par le fameux magazine pour ses routes magnifiques, désertiques la plupart du temps et à la visibilité incroyable. Le V10 de notre cher Spyder s’est exprimé à cœur joie, comme s’il nous remerciait de l’amener sur une des plus belles route d’Europe.

Triange EVO par Kambouis

Afin d’en profiter au maximum, nous avons relevé la capote et abaissé la petite vitre arrière… afin de pleinement se percer les tympans de plaisir. Retour à la réalité, si l’on puis dire, avec une nuit passé au Château Rhianfa. Un château construit en 1847 par la famille Williams, inspiré des châteaux de la Loire et du style François 1er. Une bâtisse incroyable, ou la brume du lac jouxtant les parois de l’édifice donnait, à notre road trip, une ambiance toute particulière. Je n’ai pas dit hanté! Quoique vu les chevaliers croisés au dîner…

Anglesey Circuit

Le lendemain matin, après avoir passé une partie de la soirée avec le sosie d’Ed Sheeran et visité toutes les chambres possibles à savoir qui avait la plus grande (de chambre), direction le circuit d’Anglesey! Le circuit d’Anglesey ? Tout simplement un des plus beaux circuits du monde, vallonné comme il se doit et/ou Chris Harris vient généralement dégourdir les jantes de quelques modèles de légende !

Toujours à bord de nos fidèles Audi R8 Spyder V10, nous allons enfin pouvoir essayer le dernier V10 5.2L atmosphérique de la planète et le pousser dans ses derniers retranchements. Mais avant cela… nous sommes passés dans le village au nom le plus long du monde : Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch aucune faute de frappe, et imprononçable pour le commun des mortels. Une gentille dame a bien voulu nous le faire répéter, en vain!

Arrivés au circuit d’Anglesey, nous ne pouvons qu’admirer la vue et respirer l’air vivifiant de la cote galloise. Le circuit à fleur de falaise est tout bonnement incroyable. Et le pire dans tout ça, c’est que nous sommes les seuls. La piste est pour nous et nos Audi R8 Spyder, une fois les pneus changés sont prêtes à dévorer le bitume.

Aller, embarquez avec moi pour 2 tours à bord de notre Audi R8 Spyder, le compteur en miles, montez le volume et savourez :

Qui a dit qu’une Audi quattro ne décrochait jamais ? Avec toutes les aides désactivées, en mode RACE, cette auto est purement démoniaque, on en redemande. Les rapports passés à la volée grâce à la S Tronic 7, le centre de gravité tellement bas et cette tenue de route incroyable, nous donne une impression de toute puissance. Un peu crispé, indubitablement, et il aura fallu encore de nombreux tours pour prendre du plaisir à chaque instant. Appuyer son freinage, la laisser se placer pour ensuite faire rugir les 540 chevaux du monstre à 8700 tr/min. Le 0 à 200 est abattu en 11.8s et les passages en courbes sont tout bonnement hallucinants, campé sur ses jantes de 20 pouces. Un régal.

Le parfait Spyder ?

Mais alors que pourrions-nous reprocher à cette Audi R8 Spyder ? Et bien pas grand-chose si ce n’est un habitacle un peu moins confortable que sur le coupé. En effet la position de conduite, mais surtout du passager est assez limitée du à l’imposante capote. Le recul est donc restreint et les personnes assez grandes pourraient se retrouver un peu engoncées. Nous avons remarqué, et ce, sur plusieurs modèles, qu’une fois la capote fermée sans la petite vitre abaissée, un bruit de mécanique un poil dérangeant se faisait entendre. Il s’agit tout simplement d’un bruit de roulement moteur assez aigu qui une fois perçut, peut-être assez gênant, surtout à vitesse constante. Capote ou vitre arrière baissée, le bruit disparaît. Étrange.

Il n’en reste pas moins un véhicule tout bonnement exceptionnel, de par ses courbes mais aussi son moteur atmosphérique d’un temps bientôt révolu. Lors du dernier salon de Francfort, Audi a d’ailleurs présenté la version V10 Plus de 610ch.  Nous en tout cas, on est prêt, juste pour voir la différence! Oui on est comme ça chez Blog-Moteur.

Commentaires Facebook
Share This