Un SUV dans la lignée de la F-Type

La famille Jaguar ne cesse de s’agrandir ! Mazda a sa MX-5, Jaguar a sa F-Type (vous pouvez relire notre essai de la version SVR ici). En soit, l’objectif est d’avoir une auto sportive, iconique, et saupoudrer toute la gamme d’un joyeux petit piment pour souligner le dynamisme de cette lignée. Après la berline XE chasseuse de Série 3, une XF redynamisée et fort dynamique, un F-Pace premier SUV de la marque allant chasser le Macan, voici que la marque au félin dégaine un petit frère, le E-Pace ! Jaguar France le présentait hier soir au très chic et branché Studio des Acacias à Paris. Revue de détails.

Plus compact, donc plus sportif ? ou plus dynamique ?

Les deux versions existent selon les divers jugements … Une chose est sûre, le petit dernier s’inspire à nouveau de la F-Type. Les optiques avant, moins effilées que sa grande sœur, reprennent la signature leds « en J » typique. Calandre et boucliers se rapprochent dans l’esprit de la déclinaison sportive SVR du coupé, tout du moins dans cette version de présentation HSE R-Dynamic.

Le profil reprend globalement l’allure du F-Pace, en réduction (4m39) avec davantage de rondeurs … mais aussi une carrosserie toujours plus sculptée ! En photo, elle semble un peu pataude, en réalité, on retient surtout ce pavillon de toit plongeant, et ces hanches marquées. L’auto ne manque pas de caractère, avec des portes-à-faux très courts, et rappelle la philosophie « look assumé » de son cousin Range Rover Evoque … Les jantes 21’’ de cette version de présentation n’en sont que la confirmation !

Notons la possibilité d’opter pour un toit noir sur toute la longueur de l’auto, éventuellement lié au toit panoramique, comme ici, évoquant là aussi la F-Type. Les optiques arrière singent là aussi celles des F-Type et surtout F-Pace, dans une version un peu plus simple, quand le bouclier arrière intègre deux sorties d’échappements.

Un habitacle plutôt séduisant

A bord, Jaguar France aurait voulu nous séduire facilement avec cette sellerie cuir rouge ! Effet garanti. Comme toute bonne auto moderne, le F-Pace se dote de deux écrans. Le combiné d’instrumentations d’un de 12,3’’, avec des graphismes « qui en jettent » ! On note aussi l’existence d’un affichage tête haute très complet. L’écran central tactile de 10’’ est une évolution du système Touch Pro de la gamme existante. Le conducteur a alors un savoureux cocktail de dynamisme, avec ce volant bien connu notamment de la F-Type, et de technologie. Si les aérateurs centraux, assez classiques et donc austères, trahissent la plateforme reprise du cousin Discovery Sport, la casquette de planche de bord, les commandes rotatives en bas de console et la poignée de maintien passager, évoquant la F-Type montrent de jolis efforts de présentation par Jaguar depuis la XE.

La finition semble globalement en progrès ; le plastique de la planche de bord est généreusement moussé (même si nous aurions aimé retrouver un revêtement cuir sur cette configuration qui dépassait les 80.000€…), et nous mettrons en cause la présérie du modèle présenté pour quelques petits ajustements à surveiller. Les montants et ciel de toit en suédine, ainsi que les aérateurs extérieurs joliment cerclés de chrome et les nombreuses surpiqûres contrastantes rouges sont flatteurs. A l’arrière, bonne surprise, nous sommes plutôt à l’aise, avec un espace convenable, et notamment en garde au toit. Nous aurions pu craindre le contraire avec un tel look ! De même, le coffre proposerait un volume confortable de 577 litres.


Plateforme traction, mais un dynamisme voulu préservé

Non, le E-Pace ne reprend donc pas la très récente plateforme propulsion des berlines et du F-Pace. Au contraire, c’est celle des cousins Evoque et Discovery Sport qui a été retenue. Le dynamisme sera toutefois au rendez-vous avec une suspension arrière bien de la marque, la bien-connue « Integral Link », train arrière multibras. Pour ce dynamisme, la structure de l’auto s’habille partiellement d’aluminium, et l’auto bénéficiera en option d’un différentiel arrière actif, en accélérant notamment la roue extérieur au virage pour aider l’auto à enrouler la courbe. L’E-Pace se dégustera sinon en transmission intégrale « standard » ou traction.

Côté motorisations, l’E-Pace dispose des récents moteurs 2.0 L quatre-cylindres essence et diesel Ingenium, soit 250 ou 300 ch essence ou 150, 180 ou 240 ch en diesel. A vous de voir si vous préférez les 124 g de CO2 du diesel 150, les 500 Nm de couple de la version 240 ch ou les 6,4s au 0-100 de l’essence 300 ch… Les tarifs iront de 35 700 € à 64 550 € selon diverses finitions S, SE, HSE et éventuellement une livrée plus dynamique bien nommée R-Dynamic, comme sur cette auto de présentation.

Une auto prometteuse, au final, qu’il nous tarde, bien sûr, de mettre à l’épreuve sur route !

Ecrit et illustré par Arnaud Lescure.


 

Commentaires Facebook
Share This