A la croisée des chemins, VW vient de dévoiler la version finale d’un modèle plutôt « transgenre » dénommé T-Roc. Compact, berline ou SUV qu’importe. La marque allemande annonce son nouveau-né comme son offensive historique la plus importante.

VW T-Roc : Comment lier l’utile à l’agréable

Dans un marché du SUV dont la demande ne cesse de grandir, VW prend le pari de présenter un nouveau cross-over compact qui souhaite jouir d’une versatilité la plus large possible.Visuellement, tout y est. Hauteur de caisse, jantes de grande taille, ligne de toit abaissée, longueur de châssis contenue, ce T-Roc est un concentré de ce qui fait la réussite des automobiles de notre époque. L’esthétique de ce petit baroudeur est également bien travaillé. La bête en impose pour une compacte. Son style est posé par les imposants passages de roues aux renflements bien marqués.L’austérité légendaire de la marque allemande laisse transparaître une touche de folie. La large calandre encadrée d’un jonc chromé inspire la qualité germanique. La signature visuelle des feux diurnes avants est l’élément le plus remarquable, on saura rapidement le reconnaître, aucun doute là-dessus. Les teintes du T-Roc lui permettront également de sortir de la masse.Des robes vertes et bleues dévoilées, aucune des deux ne manqueront de taper dans l’œil des passants. Le tout sera souligné par un toit à la couleur personnalisable, habitude incontournable de notre temps.

Prenez place dans un intérieur très « T-Roc’N’Roll » !

Même si l’expression est un peu démesurée on doit l’admettre, l’espace à bord du T-Roc est pour le moins original. L’idée pourrait se résumer par « Comment être chic tout en laissant transparaître une touche de franche bonne humeur ? ». C’est un peu l’impression qui ressort de la planche de bord du cross-over.Pas vraiment révolutionnaire, on retrouve le style typiquement germanique. Mais VW arrondit les angles en laissant tomber son pot de peinture sur les éléments de garnissage. Rappelant la teinte extérieure, les retours ton carrosserie dans l’habitacle donnent une ambiance plutôt pimpante.Les premiers clichés laissent deviner les atouts technologiques du petit baroudeur. Une liste longue comme le bras composée d’un compteur entièrement numérique, tablette tactile, GPS, caméra de recul à vision périphérique, détecteur d’angle mort, éclairage LED, régulateur adaptatif. Autant dire que le T-Roc sera largement armé contre la concurrence sur le point de vue des équipements d’aide à la conduite.

Petit aventurier des villes à grands poumons

Du côté de la mécanique, le T-Roc mettra le turbo. Six motorisations seront disponibles à la carte, réparties équitablement entre le TSI et le TDI allant de 115 à 190 chevaux. Le tout se verra mu par une transmission deux ou quatre roues motrices, géré par la célèbre DSG à 6 ou 7 rapports.

VolksWagen : gourmand ou réaliste

Pour terminer, parlons peu mais parlons bien. Les tarifs de ce nouveau T-Roc s’annoncent contenus mais toujours supérieurs à ceux de la concurrence tricolore par exemple. En entrée de gamme, il sera proposé aux alentours de 22.000 euros. Le modèle sera proposé en trois finitions appelées Lougne, Carat et Carat Exclusive. Reste désormais à savoir si cette bouille sympathique saura se démontre tout aussi agile sur la route.

Commentaires Facebook
Share This