Essais

Essai Lexus UX 300e, comment la Tesla Model Y l’a tué.

Dans la jungle des SUV électriques, il n’est pas évident de tirer son épingle du jeu. Surtout lorsqu’on doit composer avec des pointures du genre comme les Tesla Model Y ou Skoda Enyaq. Lancé en 2019, le Lexus UX 300e (4,59 m de long) marquait une étape importante pour la marque Japonaise, puisqu’il s’agissait de son tout premier véhicule électrique. Le SUV électrique signé Lexus évolue en cette seconde moitié de l’année 2023, avec une autonomie et une connectivité en net progrès. Nous avons essayé le Lexus UX 300e 2023 en terres Écossaises, à Édimbourg : tout ce que vous devez savoir à son sujet !

Objectif : Tirer son épingle du jeu, enfin.

Soyons honnête : depuis son lancement en 2019, l’UX 300e a connu une diffusion confidentielle. Surtout en comparaison de la version hybride du SUV compact Lexus (l’UX 250h), qui figure parmi les best-seller de la marque. 

L’UX 300e pâtissait notamment d’une autonomie limitée, et d’un système multimédia dépassé. Autant de points que les ingénieurs Lexus se sont évertué à corriger. On commence par l’évolution la plus importante offerte par cette mise à jour.

Une batterie à la capacité en nette hausse, et jusqu’à 40 % d’autonomie en plus 

Pour augmenter significativement l’autonomie d’un véhicule électrique, il n’y a pas 36.000 solutions. Certes, on peut peaufiner quelques points (aérodynamique, efficience…), mais les progrès resteront minimes. 

Pour son UX 300e 2023, Lexus a donc décidé de prendre le taureau par les cornes. Exit l’ancienne batterie de 54,3 kWh, bonjour la nouvelle batterie, qui offre désormais 72,8 kWh (attention, il s’agit de la capacité brute). Soit peu plus de 18 kWh « en rab » : c’est presque la capacité d’une batterie de Renault Zoé à ses débuts ! 

Cette nouvelle grosse batterie permet au UX 300e d’augmenter son autonomie de 40 %. Lexus annonce désormais jusqu’à 448 km d’autonomie, contre de 306 à 313 km avant. Voilà qui augmente sensiblement le rayon d’action du SUV Lexus, qui se rapproche enfin de ce que propose la concurrence (on en reparle plus bas). Une belle progression, qui ne se fait pas au détriment du poids : cette nouvelle batterie ne pèse en effet que 21 kg de plus.

Confiant dans la fiabilité de sa chaîne électrique, Lexus offre une garantie de 8 ans / 160.000 km pour son SUV électrique.

Une connectivité améliorée (et enfin à la page)

A son lancement, le Lexus UX 300e pâtissait d’un système multimédia totalement dépassé. Petit écran, pavé tactile/curseur servant à naviguer entre les menus : le SUV Japonais offrait un info divertissement en retrait par rapport à la concurrence. 

Cette version 2023 du UX 300e adopte un nouveau système multimédia, pour le meilleur donc. Exit le petit écran (de 8 pouces au mieux) de l’ancienne version : les deux écrans disponibles ont des dimensions bien plus dans l’air du temps : 10 et 12,3 pouces. 

lexus ux 300e interieur

Légèrement tourné vers le conducteur, l’écran est enfin digne du statut premium de l’UX. Désormais tactile, la nouvelle interface sonne le glas du pavé tactile disposé au niveau de la console centrale.

De quoi pleinement profiter des connectivités Apple CarPlay (sans fil) et Android Auto. Ces dernières offrent d’ailleurs une expérience plus moderne que l’interface maison Lexus, qui reste plutôt « ancienne école ». Un point bien illustré par l’instrumentation, qui mixe écran et compteurs à aiguilles classiques. Certes, c’est lisible et simple, mais un petit parfum de naphtaline s’en dégage tout de même.

Notez par ailleurs qu’une interface vocale est de la partie (via l’invite de commande « Hey Lexus »), et que l’application mobile Lexus Link permet de commander diverses fonctionnalités à distance (climatisation/chauffage, ouverture/fermeture…), mais aussi d’accéder à l’autonomie ou à la durée de charge restante. 

Une finition à la hauteur du sérieux attendu d’une Lexus

Lexus à toujours été un élève très appliqué s’agissant de la qualité de fabrication de ses produits. Cette nouvelle version du UX 300e ne déroge pas à la règle. Rien ne bouge, rien ne grésille, et tout semble à même de traverser les années sans vieillissement prématuré. 

Les matériaux utilisés respirent la qualité, et on note la jolie sellerie en cuir perforé, avec un inédit motif géométrique inspiré d’une technique traditionnelle Japonaise (le Sashiko), ou encore le nouveau revêtement de planche de bord, façon grain de papier « Washi ». 

À l’extérieur, la seule nouveauté à signaler est l’apparition d’une nouvelle peinture Gris Iridium, qui va à ravir au UX. S’agissant de l’habitabilité, l’UX 300e n’est toujours pas le plus logeable de la catégorie. Les places arrières sont un peu étriquées, et le coffre n’est pas très généreux non plus, avec 367 litres.

Une ergonomie un peu « old-school »

Si la qualité est au rendez-vous, l’ergonomie est un peu trop datée à notre goût. Dommage par exemple que Lexus n’ait pas profité de cette mise à jour pour supprimer le bouton de démarrage, qui nous paraît un peu surabondant sur un véhicule électrique. Bon point en revanche pour la présence de commandes de ventilation physiques.

lexus ux 300e interior

Vous l’aurez compris : la frange la plus technophile de la clientèle ira voir ailleurs (chez Tesla, au hasard). Mais cette conception traditionnelle présente tout de même un avantage : l’ergonomie est plus simple pour une clientèle qui pourrait être effrayée par le « tout écran » de certaines concurrentes.

Au volant du Lexus UX 300e

Lexus annonce avoir amélioré la rigidité du châssis de cette version « upgradée » de son UX 300e, avec l’apport de nouveaux points de soudage. N’ayant pas essayé la version précédente, nous serons donc bien incapables de vous dire si cela fait une vraie différence à la conduite ! 

Ce qui est certain en revanche, c’est que le SUV électrique Lexus est très agréable à conduire. Sur les nombreux pavés d’Edimbourg, il aura démontré son excellente qualité de filtration. Sur route et voie rapide, on apprécie sa belle insonorisation (merci le verre acoustique, et l’apport d’isolant phonique dans la carrosserie) : il a tout d’un grand comme dirait l’autre !

Lexus UX 300e

Une puissance suffisante, et une tenue de route qui rassure

À défaut d’offrir le grand frisson, les 204 ch (soit 20 équidés de plus que la version hybride 250h) de son moteur électrique offrent des performances largement suffisantes pour tous les usages (0 à 100 km/h en 8,5 secs, bonnes reprises). Le couple instantanée de l’électrique (300 Nm) est même de trop parfois : il est assez aisé de saturer les roues avant, notamment lorsque la chaussée est mouillée. Car oui, l’UX 300e n’à que 2 roues motrices, en l’occurrence à l’avant.

À défaut d’être le plus affûté de la catégorie, la tenue de route est très rassurante, et le centre de gravité abaissé par les batteries permet d’offrir une agilité qui n’a absolument rien de ridicule.

Une consommation électrique juste moyenne

S’il est possible de moduler la régénération avec les palettes disposées derrière le volant, le Lexus UX 300e n’offre pas de fonction one pedal. C’est dommage pour un véhicule électrique. Par ailleurs, et sans être excessive, la consommation n’est pas aussi bien maîtrisée que certaines de ses concurrentes (Tesla en tête). Sur notre boucle d’essai dans la campagne Écossaise (avec les affres de la circulation d’Edimbourg au début), et malgré un pied droit plutôt cool, nous avons relevé un moyenne tournant aux alentours des 22 km/h/100 km.

Un problème de taille et qui demeure : la recharge 

Reste par ailleurs un écueil, de taille : la recharge. L’UX 300e conserve en effet une recharge CHAdeMO, à l’heure où la totalité de la concurrence profite du standard CCS. Une bizarrerie qui limite drastiquement le nombre de bornes disponibles. La puissance de recharge rapide (DC) n’atteint que 50 kW, alors que les modèles concurrents tournent généralement autour des 150 kW. Le temps de recharge s’en ressent logiquement : comptez 1h20 pour passer de 0 à 80 % de charge, alors que la norme est aujourd’hui de 30 minutes pour cet exercice. 

La recharge en courant alternatif (AC) n’est pas plus probante, avec seulement 6,6 kW (alors que la norme tourne à 11 kW). Soit environ 10 heures pour une recharge complète. Pour le dire autrement, l’UX 300e est pénalisé par sa recharge lente, et il sera donc essentiellement destiné aux dessertes quotidiennes. 

Gamme et tarifs du Lexus UX 300e

Autre mauvaise nouvelle : le Lexus UX 300e facture cher le sérieux de sa fabrication, et la qualité de son service après-vente : ses tarifs débutent à 56.900 Euros. Un tarif qui l’exclut de facto du bonus écologique de 5.000 Euros. Trois niveaux de fonctions sont disponibles : Pack (56.900 Euros), Luxe (60.900 Euros), et Executive (67.900 Euros). Une dernière finition richement équipée, en parfaite adéquation avec le côté Premium de l’engin. 

Conclusion : Un produit de qualité, mais pénalisé par son tarif et sa recharge 

Les progrès apportés par cette version restylée du Lexus UX 300e sont tangibles : l’infotainement est enfin à jour, et plus grosse batterie oblige, le rayon d’action progresse significativement. La qualité de fabrication est toujours aussi probante, et au global l’expérience de conduite l’est tout autant (qualité d’amortissement notamment). Malheureusement, ces qualités indéniables ne permettent pas de compenser son positionnement tarifaire compliqué (au dessus du bonus écologique), et sa recharge totalement dépassée (technologie obsolète, et puissances de recharge limitées). L’UX 300e restera donc cantonné à faire de la figuration dans un segment dominé par le tout puissant Tesla Model Y. Un véhicule certes moins original, mais aussi beaucoup plus abouti s’agissant de sa chaîne de traction électrique. Dans la gamme UX, le meilleur choix reste donc clairement l’hybride.