Dossiers

A la découverte d’une concession Saab abandonnée, quelque part en France…


Saab, une approche à part, et un destin tragique


L’histoire de Saab, c’est l’histoire d’un énorme gâchis industriel, financier, et évidemment humain.

Avec son approche différente de l’automobile, et jouant sur son aura de fabriquant d’avions de chasse, la marque au Griffon a connu son apogée dans les années 80, avec la mythique Série 900. Entre temps tombée dans l’escarcelle de General Motors, la marque Suédoise n’aura eu par la suite de cesse du perdre du terrain, au fur et à mesure que ses modèles s’aligneront de plus en plus (d’un point de vue technique en tout cas) sur les productions GM (Opel en tête), logiques industrielles de groupe obligent.

Triste ironie du sort, c’est justement la décision de GM de jeter l’éponge et de vendre Saab qui sonna le début de la fin, malgré une tentative de rachat par Spyker qui ne fera malheureusement pas long feu. Placée en faillite en 2011, la marque disparaitra du marché Européen dans un temps concomittant, juste après avoir produit une poignée d’exemplaires de la nouvelle 9-5.

Rachetée ensuite par des capitaux Chinois, elle continue aujourd’hui sous une autre forme (et un autre nom : NEVS), et produit à l’heure actuelle des voitures électriques, dont une version modernisée de la 9-3. Mais il ne s’agit plus vraiment de la marque que nous avons tous connu…

Avec sa chute, le réseau des concessionnaires Saab s’en est logiquement trouvé impacté, les points de vente fermant les uns après les autres, faute d’autos neuves à vendre. Et si je vous disais qu’il existe quelque part dans la moitié Nord de la France une concession Saab abandonnée, et qu’au sein de son show-room décrépi trône encore quelques modèles intacts. Impossible ?! C’est pourtant bien à la découverte de cette véritable capsule temporelle que je vous emmène aujourd’hui. Suivez le guide !

A la découverte d’un lieu unique, et mystérieux

Avant de rentrer dans le vif du sujet, une petite mise au point s’impose. Je resterai volontairement vague sur certains points, afin que la localisation exacte de cette concession ne transparaisse pas.

Spécialiste Saab depuis les années 80, la concession qui nous intéresse aujourd’hui faisait partie d’un groupe comprenant aussi une partie loisirs verts, avec la vente et la réparation d’outils et d’engins pour les jardins. Une affaire dont l’immatriculation au RCS remonte aux années 70, et qui était semble-t-il plutôt florissante à l’origine. Le dernier bilan comptable connu mentionne ainsi un chiffre d’affaire à plus de 1,7 million d’Euros à la fin des années 2000.

La fin de la décennie 2000 marqua tout le début de la fin pour la société, qui avait déjà perdu en cours de route l’enseigne Saab officielle (pour des raisons inconnues), gardant tout de même l’appellation « spécialiste Saab ». Placée en redressement puis en liquidation judiciaire courant 2010, elle fut finalement radiée du RCS courant 2012.

Outre la vente et l’entretien des Saab, cette concession s’était spécialisée dans l’installation de kits GPL (et dans un second temps éthanol), deux grandes spécialités de la marque au Griffon. Une casquette qui lui a d’ailleurs valu une certaine forme de reconnaissance au niveau national, à tel point que mes recherches m’ont conduit à découvrir qu’au moment du lancement du grand SUV 9-7 X son nom avait était évoquée par Saab en tant qu’installateur officiel d’un système de bi-carburation essence/GPL.

Avance rapide jusqu’à cette fin d’année 2019, date à laquelle je me suis rendu sur place, sur les conseils avisés d’un ami résidant dans la région. En arrivant à proximité, je découvre un show-room d’apparence intact (en tout cas vu de l’axe routier qui passe à proximité), et je devine plusieurs autos encore présentes à l’intérieur.

En me rapprochant, je constate que le temps a malheureusement fait son office : faux-plafond en partie effondré, traces d’humidité, et plus généralement nombreuses infiltrations d’eau.

Outre des cartons et des objets sans trop de rapport avec l’activité du lieu, je remarque rapidement le fait que les outils de communication de la marque Suédoise (présentoirs à documentation, nuancier, accessoires d’époque…) sont encore présents, dont un assez émouvant « Votre Saab, le reflet d’une image à part »… Pour un peu, et en mettant de côté le sol souillé, les traces d’humidité et les éléments jaunis par le temps, on pourrait presque croire que la concession est toujours en activité !

Les autos du show-room

Passons à la pièce de résistance de cette capsule temporelle : les autos. On remarque immédiatement la jolie 9-3 TiD grise (à gauche sur les photos), immatriculée, et qui est en réalité un véhicule d’occasion (en regardant bien, on distingue même l’affiche avec le prix de vente de l’auto : 12.900 Euros)

A côté, trône une autre 9-3 noire, sans plaque d’immatriculation, et qui semble elle bien neuve.

Deux 9-5 suivent, la première au GPL (on distingue la trappe sur le côté gauche du pare-choc arrière), et la seconde de l’avant-dernière génération, en break. La dernière semble rouler régulièrement, comme en témoigne sa vignette Crit’Air, son immatriculation SIV, et son macaron de contrôle technique.

Un rarissime SUV 9-7 X complète le tableau, qui tout comme la 9-5 break semble avoir roulé récemment.

Ainsi, et même si la concession n’est plus en activité depuis de nombreuses années, vous aurez donc compris que l’endroit reste visiblement un peu vivant.

Remontons le temps…

Pour compléter ma petite enquête, je me suis fendu d’une recherche sur Google Street View. Histoire de remonter le temps, et voir à quoi pouvait ressembler la concession lorsqu’elle était encore active…

Photo de février 2009
Photo de mars 2011

L’occasion de constater que si les deux autos les plus récentes du showroom ont bougé, ce n’est pas le cas de plusieurs autos, dont la 9-3 grise. Une chose plutôt étonnante, puisque j’ai du mal à comprendre pourquoi ces autos n’ont pas été vendues à l’occasion de la liquidation judiciaire…

Chose encore plus émouvante, j’ai retrouvé cette photo, du temps où la concession portait encore l’enseigne Saab.

Un mélange d’interrogation et de tristesse

Toujours est-il que j’avoue avoir ressenti un mélange d’interrogation et de tristesse en découvrant cette concession figée dans le temps. S’il serait erroné de faire un parallèle entre la disparition de Saab et la destinée de ce concessionnaire, j’avoue que cette « visite » a réveillé le souvenir du gamin que j’étais, émerveillé par l’atypique 900 coupé noire de nos voisins…