Essais

Essai : Ford Mondeo Hybrid, la Prius peut trembler!

La Prius menacée?

Quand on pense hybride, on pense tout de suite à Toyota, et à sa célèbre Prius. Une auto qui aura connu trois générations depuis son lancement en 1997, et qui s’apprête à être renouvelée par une quatrième génération au style encore plus osé.

Toyota-Prius-3-1
La Toyota Prius actuelle

Le constructeur japonais a rapidement capitalisé sur son avance technologique dans ce domaine, afin de devenir le premier constructeur mondial de véhicules hybrides, puisqu’il en a écoulé huit millions dans le monde (en incluant les Lexus hybrides)!  Ce qu’on sait beaucoup moins en revanche, c’est que sur le marché américain Ford arrive en deuxième position, avec plus de 400.000 hybrides vendues.

En lançant la Mondéo Hybrid, première Ford dotée d’une motorisation hybride sur le sol européen, Ford espère bien montrer qu’il existe une alternative crédible à la Toyota Prius. Pari réussi? C’est ce que nous verrons dans les lignes qui suivent!   

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-39
La Ford Mondéo Hybrid

Présentation

Reprenant les traits de la quatrième génération de Mondéo, la version hybride de la familiale américaine se dote d’une plastique pour le moins avantageuse. Bien loin des excentricités de la Toyota Prius, la Mondéo Hybrid réconciliera sans peine les amateurs de « belles bagnoles » aux véhicules écologiques, et séduira également tous ceux qui n’ont pas envie de s’afficher ostensiblement dans un véhicule « vert »

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-34
Elle ne laisse pas indifférent cette face avant!

Avec sa calandre trapézoïdale très « Aston-Martinienne », ou son capot souligné par de jolies nervures, cette Mondéo a incontestablement « de la gueule ». Les optiques, qui reçoivent la désormais obligatoire signature lumineuse LED, se montrent très effilées, et leur hauteur se réduit à portion congrue, ce qui confère au final un regard assez agressif à l’auto.

Cette Mondeo Hybrid décroche de nombreux regards dans le flot de la circulation, et seul un regard -très- averti pourra deviner qu’il s’agit d’un véhicule dit « écologique ».

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-8

La superbe robe blanc nacré de notre version d’essai ne gâche rien, puisqu’elle offre de très beaux reflets argentés au soleil.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-33

Le profil se montre assez classique, et séduira les amateurs de longues berlines. Avec ses 4,87 m, la Mondéo Hybrid est en effet une auto imposante. Les urbains en seront pour leurs frais, mais les autres apprécieront son côté « statutaire ».

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-37

On déplorera simplement les jantes 16 pouces, au dessin somme toute quelconque, et qui paraissent bien menues sur cette grande auto. Un choix sans doute guidé par des considérations d’économie de carburant, mais aussi de confort.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-12
Les jantes de 16 pouces ont bien du mal à remplir les passages de roues

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-24

Seulement disponible en 4 portes, la Mondéo Hybrid se dote donc d’une malle arrière. Une carrosserie très appréciée sur de nombreux marchés, mais boudée en France.

Cette face arrière se montre par ailleurs réussie, même si elle ne se démarque pas assez de la génération précédente.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-31
La Mondéo Hybrid n’est disponible qu’en carrosserie 4 portes

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-11

A l’intérieur on constate une nette montée en gamme par rapport à la Mondéo III. La partie supérieure de la planche de bord présente un beau plastique densément moussé, et les assemblages sont sérieux. On retrouve des plastiques plus communs en partie basse, mais sans que cela ne vienne ternir l’ensemble. On reste toutefois un cran au-dessous des berlines dites « Premium », Audi A4 en tête.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-26
Par rapport à la précédente génération, cette Mondéo Hybrid monte incontestablement en gamme

Essai-Ford-Mondéo-Hybrid-50

On peste en revanche contre le plastique peint en noir laqué qui entoure les porte-gobelets, qui se montre sensible aux rayures.

Mondeo Hybrid - interieur

Comme toutes les Mondéo, la version Hybrid se dote d’un grand écran tactile de 8 pouces, qui compose le système Ford SYNC 2. Ce système contrôle les fonctions multimédia de l’auto, mais aussi le téléphone, la navigation ou encore la climatisation.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-9
Le grand écran tactile du système Ford Sync 2 permet également l’affichage de la caméra de recul

Ce grand écran tactile permet de débarrasser la console centrale de nombreux boutons, au bénéfice de l’ergonomie, qui se montre assez intuitive.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-25

Le système SYNC 2 permet par ailleurs, via des commandes vocales, de contrôler la navigation, le système audio, les appels, ainsi que la climatisation. Si cette fonction vocale a su nous convaincre, il faudra toutefois faire preuve d’une élocution pointilleuse pour bien se faire comprendre du système, ce qui rend son utilisation un brin pénible.

On apprécie également l’éclairage nocturne, puisque chaque commande reçoit un joli éclairage bleu turquoise. Des spots de lumière à la couleur personnalisable sont par ailleurs disséminés au sein de cet habitacle.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-22

Les places arrière offrent des dimensions généreuses, et les passagers arrière voyageront dans un confort appréciable.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-18

Ces derniers sont choyés par Ford, puisqu’ils bénéficient de ceintures avec airbags intégrés, qui permettraient de réduire par 5 la pression exercée sur le thorax lors d’un accident, et de mieux contrôler les mouvements de la tête et du cou. Une technologie exclusive au constructeur américain, qu’on aimerait bien voir se généraliser.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-17
Les passagers arrière (sauf celui du milieu) bénéficient d’une ceinture avec airbag intégré

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-3

Inconvénient de la motorisation hybride, le coffre est grevé de batteries qui se dissimulent sous le plancher, et qui font chuter son volume, passant de 550 litres (pour une Mondéo 5 portes) à 383 litres pour cette version hybride. Plus que cette perte de place, c’est surtout la forme et la hauteur de cette imposante « marche » (de 25 cm de haut) qui compliquent le chargement.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-16
Le volume et la praticité du coffre est pénalisé par la présence de batteries sous le plancher

Sur la route

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-7

Commençons par une bonne nouvelle : le système hybride ne pénalise pas le poids de l’auto, puisque la Mondéo Hybrid se montre 10 kg plus légère qu’une Mondeo 2,0 L TDCi 180 ch équipée de la boîte Powershift!

Cette Mondéo Hybrid conjugue un bloc essence 2,0 L à cycle Atkinson à un moteur électrique, associé à une batterie lithium-ion de 1,4 kWh. Un générateur électrique sert à récupérer l’énergie créée par les freinages, afin d’alimenter la batterie. Ainsi, plus de 95% de l’énergie du freinage est récupérée et stockée.

Afin d’optimiser encore la consommation, l’assistance de direction, de freinage, mais aussi les pompes à eau, ou le système de climatisation sont électriques.

FordMondeo-Hybrid_09
L’architecture de la Mondéo Hybrid

Le moteur essence développe 140 ch, et le moteur électrique 120 équidés. Au total, l’auto offre une puissance réelle cumulée de 187 ch. Un chiffre assez flatteur, bien au-dessus des 136 ch d’une Prius!

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-28
Le 2.0L iVCT de la Mondéo Hybrid développe 140 ch, et un couple de 173 Nm

Bénéficiant d’une technologique proche de celle présente sur une Prius (Ford bénéficie en effet d’un partenariat noué avec Toyota), l’auto se dote d’une transmission à variation continue pilotée électriquement, qui permet d’optimiser la consommation de carburant, en associant les moteurs thermique et électrique.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-29

On retrouve donc des sensations de conduite très proches de celles de la Prius, avec une douceur que même la meilleure des boîtes automatiques conventionnelles n’offre pas (il n’y a pas de changement de rapport, et donc pas d’à-coups). Dans les embouteillages, l’auto offre ainsi une « zénitude » remarquable, et les passages d’un mode de propulsion à un autre se font de manière transparente pour le conducteur.

Mondeo Hybrid - BVA
La Mondéo Hybrid se dote d’une boîte à variation continue, qui procure une douceur incomparable

Comme une Prius, l’auto peut rouler en mode tout électrique, sur une distance maximale de 3 km selon Ford. Elle peut même atteindre 135 km/h sur ce mode! En revanche, contrairement à la japonaise, elle n’offre pas la possibilité de choisir son mode de conduite, et il faudra donc se doter d’un pied droit assez léger pour rester en mode électrique.

Globalement les performances sont assez quelconques pour la puissance, avec un 0 à 100 km/h bouclé en une dizaine de secondes, et une vitesse de pointe de 187 km/h. En revanche, la Mondéo Hybrid offre des reprises d’un bon niveau, qui permettent de dépasser sans arrière pensée.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-36

Inconvénient de la transmission à variation continue, chaque accélération poussée se traduira par un « emballement » du moteur thermique, le niveau sonore augmentant alors sensiblement. On reste toutefois en deçà du bruit d’une Prius III, où chaque accélération poussée se traduit par un moulinement assez insupportable.

Une fois l’accélération finie, le moteur se remet en sourdine, l’auto offrant alors un silence vraiment appréciable, notamment sur les trajets autoroutiers.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-23

Il ressort d’ailleurs de cette Mondéo Hybrid une impression globale d’isolation et de confort, puisque l’auto offre un excellent confort de suspension (on ressent ici les bienfaits des « petites » roues), qui renvoie une nouvelle fois la Prius III dans les cordes, cette dernière se montrant bien plus trépidante. Conjuguées à des sièges très douillets, ces suspensions font de cette Mondéo une très agréable familiale.

Mondeo Hybrid - avant
La Mondéo Hybrid se distingue par son excellent niveau de confort, en commençant par ses suspensions, très prévenantes

Malgré cette douceur, l’auto ne se « vautre » pas sur ses appuis dans les virages, la prise de roulis se montrant bien contenue. En se surprend même à aborder des virages à assez haute vitesse, sans jamais que l’auto ne nous mette en difficulté. La stabilité de l’auto est en effet totale, et seuls les pneus à faible résistance au roulement jettent finalement l’éponge, avec un élargissement de la trajectoire, et des crissements assez dissuasifs. Au final cette Mondéo Hybrid démontre le savoir-faire qui caractérise le constructeur à l’ovale bleu dans le domaine des liaisons au sol, et ce depuis la première génération de Focus. On pourrait tout au plus critiquer la direction à assistance électrique, qui même si elle se montre précise manque un peu de feeling.

Mondeo Hybrid - arriere
La tenue de route de l’auto ne prête pas le flanc à la critique, en se montrant sûre en toutes circonstances

Les trajets de nuit sont facilitées par les phares adaptatifs « Ford Dynamic LED ». Cette technologie permet d’ajuster l’intensité et l’angle du faisceau aux conditions de conduite, et tient notamment compte de la vitesse du véhicule, ou encore de l’angle de braquage du volant. Le résultat? Un éclairage d’excellente qualité, qui détecte les véhicules arrivant en face, mais également les éclairages urbains, et qui permet au conducteur de se passer de la gymnastique codes-phares.

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-35

Consommation

On vient de le voir, la Mondéo Hybrid offre un très bon bilan routier. Mais tout cela sera vain si l’auto offrait une économie de carburant décevante, vu sa vocation.

La lecture de sa fiche technique est plutôt rassurante, avec des chiffres flatteurs pour une hybride de cette puissance : 4,2 l/100 km de consommation moyenne, et des émissions de CO2 de 99 g/km. Une belle prouesse pour une auto qui accuse quand même 1.579 kg sur la balance, et qui mesure 4,87 m!

Afin d’aider son conducteur à avoir une conduite efficiente, la Mondéo Hybrid se dote d’un tableau de bord qui accueille une « Jauge Intelligente », via une interface à double écran LCD.

Mondeo Hybrid - ecran LCD - double interface
L’instrumentation offre une double interface qui permet au conducteur de connaître et d’améliorer sa consommation de carburant

Les conducteurs peuvent personnaliser leur écran, afin de voir apparaître l’information qu’ils souhaitent. Un mode permet par exemple de connaître à chaque instant sa consommation de carburant, mais aussi d’électricité, le but du jeu pouvant être de rester dans la zone « EV », afin de rouler en mode tout électrique.

Mondeo Hybrid - ecran engage

Comme sur la Prius, l’écran central peut afficher un schéma décrivant la chaîne hybride de la voiture, et quel mode de propulsion elle utilise.

Essai-Ford-Mondéo-Hybrid-54

Au final nous avons enregistré une consommation moyenne de 5,9 L/100 km lors de notre essai sur plus de 1.000 km, dans toutes les conditions de circulation possibles, et avec une utilisation normale (comprendre : sans forcément toujours ménager l’accélérateur).

Un bilan très positif, comparable sans peine à une motorisation Diesel équivalente, voire plus flatteur.

Essai-Ford-Mondéo-Hybrid-51

Essai-Ford-Mondéo-Hybrid-52

 

Points positifs :

+ Ligne élégante et élancée

+ Excellent confort : transmission et suspensions douces, silence global de fonctionnement, espace intérieur

+ Agrément imbattable en utilisation urbaine

+ Finition et présentation intérieure de bon niveau

+ Tenue de route : roulis contenu, stabilité

+ Consommation intéressante

Points négatifs :

– Coffre peu pratique, et au volume limité par les batteries

– Bruit en cas d’accélération soutenue

– Performances assez quelconques, malgré la puissance

– Gabarit conséquent

Conclusion

La Mondéo Hybrid n’est pas qu’un coup d’essai pour Ford. Aboutie, confortable et sobre, elle nous a démontré qu’elle est bien plus qu’une vitrine verte pour la marque à l’ovale bleu. Elle constitue en effet une sérieuse rivale pour la Toyota Prius, et à toutes les hybrides de sa catégorie en général. Si côté excitation on repassera, il faut bien avouer qu’en utilisation urbaine cette Mondéo offre un agrément imbattable, avec une douceur et un silence de fonctionnement qui rendent les motorisations thermiques classiques presque obsolètes. Cerise sur le gâteau, le prix se montre attractif, puisqu’affichée 33 700 € en finition haute (et unique…) Titanium, la Mondéo Hybrid est vendue au même tarif qu’une version diesel 2,0 L TDCI Powershift à finition égale. Si cette dernière se montrera peut-être plus véloce, son bilan écologique sera bien différent…

Essai-Ford-Mondeo-Hybrid-38