Dans la vie il y a deux types de personnes. Celles comme mon voisin, qui aiment les voitures à la pointe de la modernité. Et il y a moi, cet homme qui se complet dans des autos faisant l’Ôde à la simplicité. C’est bien ma petite personne qui se retrouve rassasiée aujourd’hui avec la présentation de la quatrième génération de l’indémodable Jimny de chez Suzuki.

Suzuki Jimny ou l’Amour des plaisirs simples

Toujours à contre-courant, le petit aventurier nippon fait son bonhomme de chemin dans un style plutôt décalé. Alors que la tendance est aux SUV, lignes étirées, galbes élégants, le Jimny abandonne toute forme de douceur visuelle. Véritable cube à roulettes, il évoque un modèle réduit des sempiternels Land Rover crottés jusqu’au capot. La robustesse à l’état brut !

Tout aussi rustique qu’un vieux fromage à l’odeur affirmée, le Jimny conserve le concept de ses aïeux vieux d’un demi-siècle : un véritable tout terrain de poche à trois portes. Même si Suzuki n’est pas généreux en détails techniques, il se dit que le petit baroudeur sera doté d’une transmission intégrale non-permanente. Reposant sur un châssis type « échelle » et disposant d’un essieu arrière rigide, le flou demeure encore sur la motorisation qui nous sera proposée en Europe. En effet, au Japon le choix peut se porter sur deux blocs : un trois cylindres de 660cc et un quatre cylindres de 1500cc développant 105 chevaux. La logique voudrait que la seconde option soit celle attendue par chez nous.

Enfin, le Jimny fait peau neuve à l’intérieur. A l’instar de son acolyte roumain nommé Duster, le petit japonais passe dans une nouvelle dimension tout en restant modeste sur la qualité des prestations. Bien évidemment, il ne faudra pas s’attendre à autre chose que des plastiques d’entrée de gamme, mais la présentation fait un sérieux bon en avant et reste aguichante à première vue. On peut noter l’apparition d’un écran tactile au-dessus du bloc ventilation totalement repensé, intégrant au passage une climatisation automatisée. Par contre, niveau technologie, le Jimny ne fera pas d’extravagances. Inutile d’espérer un bloc numérique, une boîte automatique ou même un régulateur adaptatif.

Attendu sur le stand de Suzuki au prochain Salon de l’Automobile de Paris, il sera l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le reste des caractéristiques encore dans l’ombre du nouveau Jimny.