Le nouveau joyau de la couronne ?

Qu’on le veuille ou non, les SUV sont partout. Leurs chiffres de vente ne cessent d’augmenter, tout comme leurs parts de marché, et à l’heure actuelle, on se demande bien comment cet engouement pourrait s’arrêter. Même les constructeurs d’exception comme Bentley et Lamborghini s’y mettent (Porsche l’a fait depuis longtemps avec le Cayenne), et la dernière marque en date à dévoiler son SUV n’est pas le moins réputée, puisqu’il s’agit du joyau de la couronne Britannique : Rolls-Royce. Voici le Cullinan.

Le Rolls-Royce Cullinan

Esthétiquement, le Cullinan dispose de l’ADN maison, et cela se voit : épaisse calandre surmontée du mythique « Spirit of Ectasty », feux rectangulaires, bossage de capot surplombant les ailes avant, poignées de portes se rejoignant au centre de l’auto (les portières arrières sont à ouverture antagoniste), ou encore larges jantes de 22 pouces. A défaut de se caractériser par sa finesse ou sa discrétion, l’auto est à n’en pas douter une authentique Rolls !

Recevant le nom du plus gros diamant brut jamais découvert (ça tombe bien pour un engin long de 5,34 m et large de 2,16 m !), le Cullinan se targue d’être le premier SUV du marché offrant trois volumes, puisqu’il sépare les passagers du coffre à bagages par l’intermédiaire d’une vitre. Il s’agit également de la première Rolls à recevoir un hayon ou une banquette arrière 2/3-1/3 ! Globalement, les aspects pratiques sont soignés, avec un coffre qui dispose de 560 litres d’espace, et même 1.930 litres avec la banquette rabattue. La nouvelle coqueluche des (très) riches brocanteurs ?

Les places arrières sont bien évidemment très soignées, et deux configurations sont disponibles : Lounge, avec une banquette arrière accueillant trois passagers, ou Individual, où les deux passagers arrière profiteront d’une console centrale incluant un bar.

Le Cullinan est motorisé par un V12 6,75 L bi-turbo, qui délivre 571 ch et 850 Nm de couple (à seulement 1.600 tr/min !), et qui est associé à une boîte automatique à 8 rapports. Les quatre roues sont motrices, mais aussi directionnelles. L’auto reçoit une structure en aluminium (cela ne l’empêche pas d’accuser 2,6 tonnes sur la balance…), et des trains roulants raffinés : train avant à double pivot, ou encore train arrière multibras. La suspension à air « Magic Carpet Ride » s’enorgueillit d’offrir un confort exceptionnel en toutes circonstances. Par ailleurs, Rolls-Royce indique que l’auto disposera de réelles capacités en tout-terrain, avec notamment la possibilité d’évoluer dans 54 cm d’eau !

L’habitacle est typiquement Rolls, et résolument traditionnel dans l’esprit, mais s’il reçoit un combiné d’instrumentation numérique, ou un large écran central. Les prix n’ont pas encore été annoncés, mais ils devraient approcher ceux de la Phantom, et donc coïncider avec les 400.000 Euros.


 

Commentaires Facebook
Share This