Gravel, ou gravier au choix

Gravel a été annoncé il y a, maintenant un an, une belle surprise comme un lapin sortant du chapeau. Première bande annonce sympathique, mettant en scène une Toyota Corolla des années 90, un clin d’œil appuyé à Sega Rally, maitre incontesté du jeux de rallye arcade. Beaucoup de véhicule et une licence assez incroyable pour ce type de jeu : Porsche. Mon sang ne fait qu’un tour et je me rappelle alors les joies que peut procurer un jeu comme Sega Rally dans sa catégorie! Vite, je test ça sur PS4 Pro!

Off-Road Masters

Milestone, le studio italien, est devenu en l’espace de ces dernières années un des studios développant le plus de jeux de sport mécanique. On leur doit les Moto GP, Ride MXGP et Sebastien Loeb Racing. Conçu avec le moteur 3D Unreal Engine 4, Gravel se veut un pur jeu de conduite arcade, sans prise de tête à l’image d’un Motorstorm, ou bien d’un Dirt3. Le souci d’emblée avec Gravel, c’est que si l’intention était louable de proposer un jeu dans le plus pur style arcade, pourquoi avoir rajouté pléthore d’options comme l’ABS, l’antipatinage et le réglage de diverses pièces de l’auto? Auraient-ils eu peur de passer à côté d’un certain public? Si l’on fait un jeu d’arcade qu’il le soit à 100 %, une boite manuelle ou automatique et basta! Une fois cela constaté, j’entre dans le vif du sujet avec le mode qui vous prendra le plus de temps à savoir l’ »Off-Road Masters ». Un mode carrière, qui vous permettra d’enchainer les courses, gagner des points pour débloquer d’autres courses et affronter les kékés de fin de niveau (Kékés totalement assumés) !

Le Off-Road Masters réunit 4 modes différents à savoir, Wild rush game mode (une course d’un point A à un point B dans différents endroits du monde), Cross country game mode (Course a base de Check Point), Speed cross game mode (course sur circuits fermés) et enfin le Stadium circuit game mode (course dans une arène). Autant vous dire que vous n’êtes pas près de voir la fin du jeu de sitôt! Par ailleurs les deux premiers modes sont nettement plus inspirés que les deux derniers. Certains circuits ne sont pas des plus passionnants malheureusement, mais sur 50 tracés autant dire qu’il y a de quoi faire.

Technique and Gameplay

Si Gravel se targue d’utiliser le moteur Unreal Engine 4, on ne peut pas dire qu’à l’écran ce soit l’explosion d’effet et de graphismes 4K ultra léché. Quelques effets sont agréables, mais la plupart du temps, tout cela est assez simpliste. Les voitures sont pour la plupart bien modélisées et certains véhicules emblématiques comme la Porsche 959 Rally (DLC Porsche), l’Alpine 1300 ou bien encore la Lancer Mitsubishi feront plaisir à voir évoluer dans les différents décors. Le gros défaut de Gravel sur console, c’est l’absence de mode 60 images secondes! Disponible sur PC, l’animation bien que fluide manque cruellement de peps. Une incompréhension totale au vu des graphismes ne repoussant pas les consoles dans leur dernier retranchement, surtout sur PS4 Pro et Xbox One X. Rageant.

Concernant la maniabilité, suite à plusieurs mises à jour, on arrive à un gameplay tout à fait honorable. La majorité du temps, il ne faudra pas hésiter à jouer du frein pour mettre la voiture en glisse et accélérer de plus belle. Un style entre la simulation et l’arcade au final, même si une conduite à la Sega Rally aurait été bien plus fun. La bande-son est soignée et les gros moteurs V8, pour ne citer qu’eux, sont tous bien rageurs.

Conclusion

Au final Gravel n’est pas un mauvais jeu en soi. Je regrette juste ce sentiment qu’au final, il ne sait pas dans quel cours jouer. Parfois très arcade, parfois très simulation, j’ai l’impression qu’il ne sait pas sur quel pied danser. Je m’attendais personnellement à un jeu beaucoup plus typé arcade. Il en reste un jeu à la durée de vie excellente pour celles et ceux en mal de sensation forte.

 

Commentaires Facebook
Share This