Une Safety Car au sang chaud. 

Le plaisir mécanique se déguste à deux et à quatre roues ! Il faut l’avouer, nous connaissons mieux les « objets roulants » à quatre roues sur Blog-Moteur ! Mais quand Seat France nous propose d’aller découvrir de plus près une épreuve du Championnat FIM World Superbike sur la belle piste de Magny-Cours GP avec divers ateliers en Leon Cupra … nous ne mettrons pas beaucoup de temps à accepter ! En route.

Seat Leon Cupra, la nouvelle Safety Car officielle du WorldSBK !

Seat ? Championnat FIM World Superbike ? Késako ? Eh bien oui, depuis le début de l’année, le début de la saison, Seat s’est associé à ce très réputé championnat de moto de productions, on peut dire la marche en dessous du championnat royal Moto GP. De quoi promettre tout de même un bien joli spectacle, pour nous autres blogueurs automobiles invités Seat France … en l’occurence l’ami Jean-Baptiste du Billet Auto et votre serviteur 🙂

Cette Safety Car toute pimpante se base donc sur la dernière évolution de la Leon Cupra, récemment essayée par le collègue Alexis en Finlande ! L’excellent 2.0 TSI du groupe VW grimpe alors ici à 300 ch, et s’associe à une boite mécanique (comme sur ces Safety Car) ou la boite robotisée à double embrayage et 6 rapports DSG (comme sur l’auto qui nous a permis de rallier Paris à Magny-Cours 🙂 ).

On notera bien sûr la déco et le girophare appropriés ! Ambiance 🙂

Les deux autos, à la tête et en bout de file du convoi de ces motos énervées réalisent donc le tour de chauffe de chaque manche.

Voilà le contexte du « pourquoi du comment » de notre venue à Magny-Cours … intéressons-nous alors de plus près à l’épreuve de WorldSBK à proprement parler 🙂 !

Paddocks et pit-lane : comme un bel aperçu de la vie des Teams !

Ce championnat rassemble 13 épreuves se déroulant sur 3 continents différents, et au sein de 11 pays. La saison démarrait le 24 février dernier au Phillip Island Grand Prix Circuit en Australie. Seat faisant bien les choses, nous avons pu avoir un petit aperçu de la vie des stands des différents teams …

… le temps de rejoindre la pit-lane et vivre cette belle ambiance de pré-course ! On positionne les couvertures chauffantes sur les pneus, l’ingénieur contrôle les derniers réglages de cartographie moteur … le pilote se met en conditions sur sa monture, aux côtés de « jolies créatures » 😀 ! On critique pas mal les hôtesses des Salons de l’Automobile … esprit trop « macho », trop cliché … mais un esprit 100% assumé ici, sachez-le !

Gentlemen, Start your engine.

La course démarre bientôt … il est grand temps de se rendre dans une des tribunes du circuit, dans la zone « du lycée », section lente après cette longue descente rapide, et comprenant la chicane droite-gauche avant la ligne droite des stands …

Nous nous sommes également installés dans la tribune dans la ligne droite avant « Chateau d’eau », permettant d’observer au loin l’avant et l’après de la fameuse épingle « Adelaïde », et cette légère chicane rapide.

Complètement candide dans le domaine de la compétition moto … je laisserais les spécialistes échanger sur les résultats des teams et pilotes du Championnat SuperBike ! Mais en tout cas, lors de cette première à un tel « spectacle », les freinages impressionnent tout autant par leurs performances que la puissance des réaccélérations en sortie de courbe et ce avec l’évidente moindre stabilité que sur quatre roues ! Rajoutez à cela les conditions météo bien humides des manches de Magny-Cours … et des motos à la limite qui gigotaient de l’arrière train au freinage … faisant parfois des « wheeling » à la réaccélération, le tout dans avec des mécaniques hurlant à pleine voix dans les tours ! Un régal. Le public, de 7 à 77 ans, passionné de tout ce qui touche au deux roues, qui n’aura pas hésité à compléter son équipement moto sur les stands dédiés, est particulièrement réceptif aux passages de ses stars, ses héros ! 🙂

Seat Leon Cupra : belle efficacité sur piste !

La Leon Cupra, vous la connaissez ! Une auto essayée lors de diverses sessions par les médias, dans des conditions très diverses. Apparue en 280 ch pour coiffer la gamme Leon, plus élégante et affûtée que jamais, et disponible en 3, 5 portes et break ST, elle a marqué le coup très vite en détrônant la sacro-sainte Renault Mégane 3 R.S. Trophy sur la boucle nord du Nurburgring ! Renault Sport avait ensuite préparé sa vengeance avec la Trophy R radicalisée … quand nos confrères de Motorsport Magazine plaçaient une Leon Cupra « bien équipée » (pneus semi-slicks Michelin Pilot Sport Cup 2 notamment) devant cette fameuse Mégane très démonstrative …  Ce deuxième fait marquant, moins médiatisé forcément, se déroulait tout près, sur la piste « Club », voisine !

L’auto a ensuite monté en puissance à 290 ch, en se dotant notamment d’un échappement plus volubile, et des braaaps évocateurs aux passages de rapports de la DSG, le cas échéant.

Elle s’est récemment offert le léger restylage de ses soeurs de gamme, lui offrant des optiques et des boucliers légèrement redessinés, un équipement revu à la hausse, 300 ch, et une inédite proposition quatre roues motrices « 4Drive » pour la version ST.

Alors que nous avions donc un exemplaire pour venir depuis Paris, Seat nous proposait généreusement d’apercevoir ses qualités dynamiques sur piste ! Nous avons donc embarqué sur deux sessions de baptêmes.

Depuis la version à 290 ch, elle chante en effet juste et bien ! Fort de l’expérience Audi, c’est une réussite, à bord (générateur de son en baie de pare-brise) ou de l’extérieur (valves d’échappements). Voilà une grosse GTi qui fait mieux que juste « souffler » ! On apprécie. Excellent moteur, on le disait. Extrêmement plein à bas régime, il bombe le torse sur toute la plage, sans s’essoufler en haut des tours. L’écran du système multimédia indique 2.20 bar de pression turbo !

Le rythme adopté est soutenu, pas de quoi impressionner un train avant mordant, qui met en valeur le grip de qualité des pneus Michelin Pilot Sport Cup 2 déjà évoqués. Grande stabilité dans le rapide, et une petite pointe d’agilité de l’arrière-train dans le plus sinueux ! Bref, il semblerait que la Leon Cupra coche toutes les cases … non ?! 🙂

A notre tour !

Autre joli moment du programme, le moment de prendre le volant de l’auto sur piste !

Jean-Baptiste et moi récupérons les deux Safety-Car accompagnés de pilotes-instructeurs. Veinards ? Oui pour leur boite mécanique ! Moins pour l’état des autos !  Forcément rudement utilisées, et peu préservées, entre guillemets, ces deux exemplaires tirent un peu la langue … Première engagée, on peine presque ensuite à embrayer … Embrayage fatigué ! L’auto devant donnant un rythme assez apaisé au petit convoi sur ce tour (trop court !!), je n’aurais pas véritablement pu constater plus de fatigue du reste de l’auto .. ou véritablement ses qualités sur piste ! Mais ces quelques instants étaient tout de même extrêmement appréciés .. « Que c’est bon, le circuit !!! » 😉

Ci-dessous, quelques photos du show Freestyle proposé aux amateurs ! Impressionnant !

Et sur route ?

Entre Paris, le circuit, l’hôtel, le retour sur Paris, on a eu la chance de pas mal découvrir notre chère Cupra sur route ! Couleur carrosserie « rouge Désir », jantes 19 » aluminium et noir brillant, optiques leds bien dessinées, double sortie d’échappement, elle avait fière allure.

N’ayez crainte pour la circulation parisienne, la Leon peut désormais bénéficier du quasi indispensable régulateur adaptatif « ACC » gérant l’inter-distance avec le véhicule de devant, plus le « Line Assist », assistant de maintien de ligne de marquage, une boite DSG6 douce dans la circulation. Des atouts pour appréhender plus calmement la difficile circulation de nos grandes agglomérations … quand la suspension, sans laisser de doute sur les capacités dynamiques de l’auto avec un typage assez ferme, n’est pas non plus inconfortable … Plus confortables, dynamiques et légères, les dernières autos du groupe VW peuvent remercier cette excellente plateforme MQB !

Dès les premiers tours de roue, l’auto canalise parfaitement son énergie avec, grâce aux divers modes de conduite, un fonctionnement pouvant être lissé. Direction et suspension montrent tout de même un bon ressenti, une certaine consistance. Tout juste pourrons-nous déplorer des bruits de roulement un peu importants .. les belles jantes n’arrangeant sans doute pas les choses …

Au moindre péage, passons au mode Cupra ! Là, la boite DSG rétrograde quelques rapports pour être en bonne plage de puissance ; et d’ores et déjà l’échappement se réveille et nous gratifie de quelques « retours » sympathiques ! Avec ce temps humide et nos pneus là-encore, très affûtés .. pour le sec .. la motricité n’est pas brillante quand on sollicite les 300 ch ! Hormis cela, la puissance est un régal, et décidément la DSG6 s’adapte très bien à la situation, avec des petits crépitements au passage de rapport pour l’ambiance. Régal ! Tout juste que l’on sait qu’elle a comme réputation de parfois reprendre de mauvais automatismes (même en mode manuel) en conduite très dynamique … Le puriste préférera alors la boite mécanique … au moins as-t-il le choix !

Les petites routes parcourues n’étaient pas passionnantes, mais nous avons pu constater la grande homogénéité de l’auto, qui fait très bien le travail … et surprendrait presque par son confort, sur des routes inégalement revêtues ! De nuit, ses optiques full-leds avec feux de route adaptatifs font merveille .. et complètent une auto « cocon » rassurante …

En bref, il s’agit vraiment d’une auto très complète et multi-tâches. Une compacte de 300 ch pour 35 615 €. Une affaire. Pensez-y !


 

Commentaires Facebook
Share This