News

“La guerre des boutons” version Audi


Audi relance « la Guerre des Boutons »

Le Dr. Ulrich Hackenberg, directeur du développement d’Audi, a déclaré la guerre des boutons ouverte ! Le récent concept Prologue symbolise cette tendance et en est le point de départ. À l’instar de la nouvelle Audi TT, les intérieurs des futures Audi vont s’épurer et s’affranchir petit à petit des boutons et autres commutateurs au profit d’écrans tactiles et de technologies permettant de se soustraire à nos roturiers petits bouts de plastiques actuels.

Audi Prologie official

Mais à l’inverse des actuels TT et futures R8 où tout est tourné vers le conducteur, voiture de célibataire ou d’égoïste oblige c’est selon, les autres modèles seront ouverts sur les passagers en multipliant les écrans pour mieux séparer les informations dans l’habitacle avec toujours plus de sécurité. Avec par exemple des écrans dédiés aux fonctions liées à l’usage et aux réglages de l’automobile pour le conducteur et des écrans dédiés aux passagers avec de l’infotainment. Hackenberg se projette plus loin encore vers le futur en évoquant la voiture autonome. Mais paradoxalement, le problème ne semble pas être le fait que la voiture puisse être autonome, mais que le conducteur ne le soit plus trop.

 Volant à méplat avec repose-pouces intégrés, console centrale tournée vers le conducteur, pédalier sport : ce TT est dédié au plaisir de conduite! Quelque soit l'endroit où notre regard se porte, cette planche de bord flatte l'oeil
L’intérieur du nouvel Audi TT

Je m’explique, des études ont montré que lors de problèmes éventuels, le conducteur pouvait avoir besoin d’un temps de réaction pouvant atteindre dix secondes pour reprendre la main en toute sécurité sur le véhicule. Bien entendu, ce temps de latence est inacceptable selon les critères Audi. Une fois de plus la faille est l’humain, il faut donc trouver des systèmes et des process qui permettent d’anticiper ces dix secondes et d’offrir toutes les garanties nécessaires pour que cette conduite autonome se fasse sans risque et en toute sécurité pour les occupants de ces Audi autonomes.

La guerre des boutons ne fait que commencer, les technologies progressent à grands pas, espérons simplement qu’elle ne nous sorte pas de la place la plus enviable d’une voiture… celle du conducteur.

Par Sébastien Marcillac