BMW M5
News

Les futures BMW badgées “M” seront en 4 roues motrices


Les quatre roues motrices deviennent la norme !

De plus en plus de voitures hautes performances privilégient le système à quatre roues motrices. La raison est simple, une traction sans faille, une tenue de route plus efficace, une sécurité accrue, une sortie de courbe canon et, désormais, autant de plaisir que les propulsions. Audi est le précurseur en la matière, il a toujours proposé ses séries “S” et “RS” avec son système Quattro. Mais jusqu’à il y a peu on trouvait ce type de transmission ultra-efficace, hyper-sécuritaire, mais plutôt ennuyeux. Sauf qu’Audi s’est acharné à le développer en pariant sur cette technologie prometteuse. Et aujourd’hui les véhicules à transmission intégrales sont devenues aussi joueuses que les propulsions. À une différence prêt, l’accès et la sécurité.

Audi_RS3_Snow

Plus efficaces, plus sur, plus performant…

On lit souvent dans les lignes de tous les magasines automobiles qui essaient des Ferrari, Porsche et sportives de très hauts niveaux que la propulsion est la norme absolue du plaisir de conduite. Certes, sur circuit et par des pilotes dans des conditions favorables. Mais pour le commun des mortels sur routes ouvertes dans toutes les conditions d’utilisations, maitriser un véhicule de plus de 300 cv envoyés sur les roues arrières est rapidement effrayant. Combien de vidéos circulent sur le net avec des optimistes qui partent pied au planché au feu, ou accélèrent trop tôt en sortie de courbe avec des M3, 911, 458 ou autres et voient l’arrière de leurs bolides passer devant… dans le meilleur des cas. Définitivement pour nous, gens normaux et en usage quotidien, la transmission intégrale est grandement recommandée en terme de sécurité et d’efficacité. De plus les systèmes actuelles ont grandement évolués et proposent tous les avantages des deux roues motrices et gommes nombres d’inconvénient. Prenez l’Haldex des Audi hautes performances sur les compactes ou le TT par exemple. Au quotidien on dispose d’une 2 roues motrices avec pour avantage une consommation contenue et un véhicule qui se comporte comme n’importe quelle autre voiture en usage normal. Mais dès que le rythme s’accélère ou que les conditions deviennent difficiles le miracle du quattro fait son œuvre. De plus, oubliez les Haldex des générations précédentes, très typés traction qui rebutaient les plus sportifs d’entre nous. Le système Haldex Audi devient joueur ! Et que dire des systèmes quatre roues motrices Porsche, Lamborghini… Même Mercedes s’y met en proposant ses versions AMG en quatre roues motrices avec leur système 4matic !

BMW promet les futures “M” en quatre roues motrices.

Bizarrement BMW restaient hostile à ce système de transmission, lui qui est le plus gros vendeur de véhicule 4×4 avec les séries X (xDrive) ! Mais dans un entretien accordé à nos confrères d’Autocar, le patron du Marketing de BMW, Ian Robertson à précisé que le système à quatre roues motrices est de plus en plus demandé sur les BMW séries 3, série 5 et sur les séries 7 selon les marchés. La norme sur les séries “M” devrait donc suivre.

Cela fait écho aux propos de Franck Van Meel, le nouveau patron de la division “M” de BMW, qui à indiqué, lors du dernier salon de Détroit, que la transmission intégrale serait probablement proposée en premier lieu sur les M5 et M6. La philosophie des ses véhicules très hautes performances serait très typée propulsion avec un renvoie de la puissance et du couple sur les roues avant lorsque cela serait nécessaire. Une sorte de système Haldex mais avec une base propulsion et non traction comme transmission de base.

Mais rien de vraiment surprenant, finalement, lorsque l’on sait que le nouveau patron de cette division “M”, Franck Van Meel est un transfuge de la marque aux anneaux. Il dirigeait la division Quattro d’Audi… Tout est dit !

BMW-xDrive_Tour (49)