Deutsche Tourenwagen Masters

Le DTM pour Deutsche Tourenwagen Masters (voiture de super tourisme allemand) anciennement Deutsche Tourenwagen Meisterschaf  est né en 1984. Le DTM devint rapidement populaire en partie grâce aux voitures engagées qui reprenaient les véhicules sportifs des marques allemandes de l’époque, à savoir Mercedes, BMW et Audi.

DTM_1990's (4)

En 1995, le DTM s’ouvrit à l’international et fut renommé ITC pour International Touring Championship. Les marques comme Alfa Romeo, Opel, Ford, Volvo vinrent grossir les rangs des participants. Le DTM est encore à l’heure d’aujourd’hui plus populaire en Allemagne que la F1. Par ailleurs, bon nombre de pilotes de F1 vinrent se frotter à la compétition DTM. Parmi les plus célèbres, on comptera, Kéké Rosberg, David Coulthard, Jean Alesi, ou bien encore Mika Hakkinen.  L’ITC fut arrêté en 1996 pour raisons financières et le DTM renaitra de ses cendres en 2000. Depuis, la compétition n’a jamais cessé d’évoluer et le championnat de DTM est l’un des plus techniques après la F1.

[vsw id= »V_IZADf_eTY » source= »youtube » width= »720″ height= »405″ autoplay= »no »]

Les modèles phares

Les modèles les plus emblématiques furent conçus par les 3 plus gros constructeurs allemands à savoir, Audi, BMW et Mercedes. Dès 1984, Mercedes présentait sa toute nouvelles 190 E 2.3 16 Cosworth (à vos souhaits) qui pour la petite anecdote fut pilotée par Ayrton Senna himself à l’ouverture du tout nouveau circuit F1 du Nurburgring. Ce jour la, bon nombre de pilotes étaient présents dont Alain Prost, Nikki Lauda, Stirling Moss et James Blunt. Devinez qui a gagné ? Le jeune rookie Senna qui, selon la légende, doubla Prost de fort belle manière. Vous connaissez la suite.

Mercedes_Senna

Malheureusement pour Mercedes, cette 190E ne pouvait rivaliser avec la BMW E30. Véritable muscle sur 4 roues, la BMW M3 DTM écrasait tout sur son passage et ne laissait que très peu de place à la concurrence. C’est simple, BMW remporta le championnat constructeur de 1984 à 1990, 6 fois d’affilées!

e30-dtm

Oui, ça veut dire, on est les meilleurs….

Ce n’est qu’à partir de 1990 que les choses vont changer, avec l’entrée en compétition d’Audi. Fort de ses succès en rallye et de sa technologie Quattro, Audi prend le règlement au pied de la lettre et envoie sur les pistes son Audi 100 affublé du gros V8 3.6 Quattro développant quelques 435 ch… Autant dire que même avec un poids contenu de 1200kg, la marque aux anneaux bouscule un peu ce joli monde organisé de 4 cylindres moins poussés ! A son bord, Walter Rorhl, Hans-Joachim Stuck et Frank Jelinski. Stuck remporte le titre pilote en 1991 mais le titre constructeurs revient à Mercedes et sa terrible 190E 2.5 16S EVOII (à vos amours) Audi d’ailleurs se retirera a la fin de la saison 92, la FIA ne voulant plus de V8 dans la compétition.

DTM_1990's (3)

Mercedes, vexé de la suprématie de BMW et d’Audi, décide de lancer la 190 2.5 16S EVO 2 à partir de 1991. Mercedes remportera le titre constructeur et récidivera en 1992-93 alors qu’Audi et BMW se retireront du jeu. La Mercedes 190E EVO2 évoluera de 380 à 394 ch, pour un poids de 990 kg.

DTM_1990's (6)

Autre voiture emblématique de l’âge d’or du DTM : l’Alfa Romeo 155. C’est en 1993, Alfa rentre dans la danse et truste la première place au fleuron germanique. L’Alfa Romeo 155, pilotée par Nicola Larini, remporte le championnat ainsi que le titre constructeur. L’Alfa Romeo 155 était propulsée par un V6 de 483 ch a 11000 tr/min. Elle remportera en tout 38 courses durant toute sa carrière.


DTM_1990's (1)

Lorsque l’ITC fit son apparition en 1995, bon nombre de constructeurs ont voulu participer à la fête. Mais les budgets considérables dus à un championnat du monde international vinrent ternir le tableau idyllique de l’organisation. Certaines marques n’étaient même pas représentées dans les pays ou le championnat avait lieu. Par conséquent, même avec une victoire, les retombées commerciales étaient insuffisantes au vu des capitaux investis. En 1996, tous les constructeurs se retiraient, excepté Mercedes. La FIA du tout simplement annuler le championnat, faute de participants.

Et maintenant

Depuis 2000, le DTM à repris avec comme écuries engagées Audi, Mercedes et Opel.

DTM-2000

Suite au retrait d’Opel en 2005, Mercedes et Audi se sont bagarrés en tête à tête pendant plus de 6 ans avant de voir débarquer BMW en 2012. Depuis, le championnat a retrouvé son aura et les batailles se jouent au dixième de secondes en qualifications, mais aussi en course!

DTM_2013 (1)

Le règlement est quasi similaire à celui de la F1 puisque hormis le passage au stand obligatoire, les voitures sont désormais équipées du DRS. Le DRS permet au pilote d’abaisser l’aileron arrière de la voiture afin de gagner en aérodynamisme et donc en vitesse de pointe afin de permettre les dépassements plus facilement.

DTM_2013 (3)

Cette année, nous avons pu suivre la finale à Hockenheim, c’est Mattias Ekstrom qui a remporté la finale, et M. Wittmann sur BMW qui remporte le championnat. Côté constructeurs, Audi est sacré champion 2014.

DTM_2013 (2)

A noté qu’Adrien Tambay (le fils du pilote de F1 Patrick Tambay) fait une honorable 8e place au classement final. Jeune et dynamique, il y a de très fortes chances que l’on entende parler de lui dans les années à venir.

Oui on aime bien son sponsor!

Oui, on aime bien son sponsor !

Le DTM est donc à suivre ! Pour tous les fans de F1 se sentant un peu déçus des nouveaux règlements, des nouvelles motorisations, n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil au DTM qui diffuse en live toute les courses de la saison directement sur le site de l’organisation. Bon visionnage!