Recherche

websearch
Essais
0

Essai Dacia Duster EDC : la douceur dans un monde brut

C’est en Croatie que nous avons pu rencontrer la nouvelle version du Dacia Duster équipé, cette fois, ci de la boite EDC.

Dacia Duster EDC

Faut-il le rappeler, Dacia se place fièrement dans une gamme d’appel sur le marché, ce qui en fait tout le succès de la marque auprès des particuliers. Depuis 2004, en Europe et dans le monde, beaucoup ont ainsi eu accès à leur voiture neuve. Bon marché, économique et fiable, ce sont les principaux besoins des utilisateurs d’une voiture dont le but premier est d’atteindre un point A à un point B. La passion automobile mute dès lors simplement vers un état d’esprit. Et c’est toute une gamme de véhicule que propose aujourd’hui la marque au sourire, de la citadine au monospace, en passant par la berline, l’utilitaire ou ici le SUV avec le Duster. Les usines tournent aujourd’hui à plein régime pour produire des voitures pour le plus grand nombre.

Dacia Duster EDC

Produit depuis 2010, puis restylé en 2013, le Dacia Duster sera disponible début 2017 avec la boite automatique à double embrayage EDC (Efficient Dual Clutch). Car si ces dernières années, le marché montre un réel engouement pour les SUV compacts, les boites automatiques le sont tout autant avec des ventes en hausse significatives : elles représentent aujourd’hui un quart des ventes. Au delà du marché, c’est l’appel du pied des clients Dacia qui est remonté aux oreilles de la direction. Ainsi, la désormais réputée boite EDC Renault équipe le Duster. Pour 1.300€, peut-on imaginer investir dans douceur et technologie pour un environnement un peu brut ? Essai.

Côté finances, le Dacia Duster sans rivaux

L’argument premier du Duster étant son prix, autant sortir les calculatrices dès maintenant.
Le SUV est proposé à partir de 12.000€ avec le strict minimum à bord, 4.000€ moins cher que son concurrent le plus direct, le Fiat 500X. Il dépasse à peine les 20.000€ pour le haut de gamme Black Touch EDC en “full options”, et reste encore moins cher qu’un Nissan Quashai de base.
Voici pour le contexte financier, ce qui pardonnera la finition générale datée et rustique. Qu’importe, là n’est pas le nerf de la guerre chez Dacia, voir presque, sa signature de constructeur automobile “scandaleusement accessible”.

Dacia Duster EDC

À l’extérieur, se montrer, mais pas trop quand même…

Bien qu’en fin de carrière, le SUV Roumain fera toujours tourner les têtes en 2017, révélant des visages tantôt allergiques à l’ostentatoire, tantôt envieux du populaire esprit Dacia. Clairement, le design boursoufflé des ailes, les portes-à-faux courts associés aux grosses roues façon rallye-raid miment singulièrement un coléoptère polyphage. Les différents bossages donnent une impression de robustesse rappelant les 4×4 d’antan et à défaut d’être délibérément moderne, sa ligne plutôt simple pourrait bien devenir culte à l’avenir.

Dacia Duster EDC
Ce côté “brut de fonderie” gagne en allure sur les versions équipées par exemple des barres de toit satinées, jantes alliages, vitres sur-teintes, etc… En soit, de jolies prestations que l’on apprécie voir sur un véhicule. Ils font oublier les détails de finitions, d’ajustements ou choix techniques, mais comme dit précédemment, que l’on excuse entièrement. Mieux, un flash façon “old-timer” envahi l’esprit lors de l’accès à bord, lorsqu’il est nécessaire de lever les poignées de portes vers le haut, ou encore presser la serrure avant de lever le hayon…

Dacia Duster EDC

À l’intérieur, du neuf dans du vieux

À bord, la seule folie réside dans les tapis de sols à liseré blanc sur notre version d’essai. Pour le reste, l’électro-encéphalogramme restera désespérément plat pour tout occupant curieux ou habituel du Dacia Duster. On retrouve les finitions d’ajustements et plastiques du début du siècle, selon l’ADN de Dacia. On note toutefois quelques efforts comme les cerclages chromés des compteurs, le laqué noir de la console centrale et l’insert gris du pommeau de boite de vitesses.

Dacia Duster EDC

L’habitabilité est décevante. Certes, le Duster fait 4m31 de long, mais la stature du véhicule laisse présager d’un meilleur accueil à ses occupants. Le SUV ne fait pas mieux que sa sœur Sandero, le coffre en plus avec une bonne contenance de 475 litres. Impression d’engoncement renforcée par la présence du bossage désagréable au niveau du genou intégrant les haut parleurs et les commandes de lève-vitres. Mais l’on se laisse finalement quelques secondes pour se mettre le coude à la portière, mais “ouille”… la nostalgie revient au galop, souvenez vous du petit loquet de fermeture…

Dacia Duster EDC
Pour le conducteur, on regrette l’absence de réglage en profondeur du volant. D’autant que ce dernier se révèle peu agréable au toucher dans sa version cuir, comparé au “softfeel”  installé sur les nouvelles Sandero et Logan. C’est donc le conducteur qui se réglera au Duster.
En version Black Touch, l’on profite de nombreux équipements, dont l’excellent système MEDIA NAV Evolution tactile Bluetooth USB, ou encore de la caméra de recul de qualité médocre mais suffisante, bref la modern touch by Dacia que l’on aime.

Dacia Duster EDCDacia Duster EDC

Sur la route, l’EDC une perle dans un écrin de bois

La nouveauté du Dacia Duster de notre essai réside dans sa transmission automatique EDC 6 rapports. Faisant les belles heures des Renault équipées, l’EDC joue parfaitement sur les plates bandes de l’excellente DSG (Direct Shift Gearbox) de Volkswagen. Elle est accouplée au 1.5 Dci 110 en version deux roues motrices uniquement, la boite de vitesse n’ayant pas été développé davantage pour une utilisation 4×4, et la version EDC 7 plus robuste mais trop couteuse : là encore, l’esprit Dacia que l’on pardonne.

Dacia Duster EDC

Inutile d’engager un faux suspense, le Duster en version EDC est un régal à la conduite. La conception un peu datée du SUV Roumain est trahie par le comportement de l’engin un brin pataud, au roulis à peine contenu et à la direction peu précise. Pourtant, le plaisir s’installe aux montées en régime doux et sans à-coups. La gestion des changements de rapports est idéale. Au delà de l’esprit utilitaire de ses véhicules, Dacia intègre ici une version accueillant une notion de plaisir un échelons plus haut que les autres. Le 1.5 Dci 110, fait le job : la puissance est suffisante dans des conditions habituelles de conduite que l’on effectue avec douceur.

Bilan

Dacia Duster EDC

Le Dacia Duster 1.5 Dci 110 EDC 4×2 est un SUV proposant de belle prestations pour un prix défiant toute concurrence. À 1300€ la boîte de vitesse automatique, le choix de la version EDC peut faire réfléchir à deux fois. Car Dacia se vend si bien sur le marché de l’occasion que ce choix n’est pas forcément un argument majeur de revente. Il s’agit plutôt d’une décision tendant vers le plaisir tant l’association technologique s’avère réussie sur un véhicule plutôt rustique.

On aime :
– Scandaleusement accessible
– L’agrément de conduite grâce à l’EDC
– L’équipement bien fourni (Black Touch)
– Valeur sur le marché de l’occasion

On aime moins :
– L’habitabilité décevante
– Le comportement routier approximatif
– L’absence du réglage en profondeur du volant
– Disponible uniquement en 4×2

Dacia Duster EDC

Maxence Pierre