Dossiers

BMW DriverClub : Ateliers BMW Motorsport, on y était !


Le plein de BMW

On ne vous le cachera pas, chez Blog-Moteur on aime les propulsions, alors quand BMW nous convie, on pose la semaine complète histoire d’être sur de partir à temps essayer ces voitures d’exceptions. C’est donc sur l’anneau de Mortefontaine, ancien fief de feu Matra que nous avions rendez-vous.

Mortefontaine

Notre bienfaiteur nous avait prévenus, « aujourd’hui rien en dessous de 300 chevaux… » Ok ! Et pour cause, à peine arrivés, M 135i  Xdrive, M 235i, 435i Gran Coupé et une M6 Gran Coupé nous attendent sagement alignées, prêtes à dévorer le bitume. Pire encore, 2 surprises nous attendaient, souvenez-vous de ce chiffre…

BMW_Driving_Experience

Après quelques petites explications sur le déroulement de l’événement, chacun d’entre nous se voit assigné un modèle pour un atelier spécifique. « Michael, M6 Gran Coupé pour toi ! » Le privilège de l’age sans doute !

BMW M6 Gran Coupé ou l’extravagance teutonne à son paroxysme

  • Nombre de cylindres : 8 en V bi-turbo
  • Cylindrée : 4395 cc
  • Puissance din : 560 ch
  • Couple moteur : 650 Nm des 1500 tr/min
  • 0 à 100 Km/h : 4.2s
  • Vitesse de pointe : 3 ans de prison et 180 000€ d’amende, bon d’accord, 250 km/h, moteur bridé électroniquement.

BMW_M6_Gran-Coupe (3)

L’atelier consistait à prendre la voiture en main sur le circuit routier. Après un récapitulatif des spécificités techniques du modèle, le circuit s’ouvre à nous. Docile, facile de prise en mains, on oublie très facilement ses 1800 kg sur la balance. Première accélération, comment dire… OUCH ! Les 560 chevaux nous collent directement la tête sur le repose-tête, le V8 rageur, d’une simple pichenette, lâche la cavalerie qui vous propulse au virage suivant. Comme un grand enfant, je recommence, sensation identique, la voiture arrache le bitume dans un grondement tonitruant. Le pilote instructeur me fait d’ailleurs remarquer que par bonheur nous avions les aides activées, lors de la réaccélération, mes roues n’étaient pas droites et c’est donc la M6 qui a décidé d’aller droit, pas moi…

BMW_M6_Gran-Coupe (2)

Le raffinement se mêle avec la brutalité de la cavalerie embarquée, le freinage impeccable nous donne une sensation de sécurité totale, car arrivé à 190km/h dans l’épingle, le mordant du freinage vous laisse vous concentrer sur le rétrogradage aux palettes. Bluffant. Viens ensuite le tour du moniteur… sur l’anneau !

BMW_M6

Pour les personnes ne connaissant pas l’anneau de MorteFontaine, il faut savoir que la piste à une inclinaison maximale de 45° et qu’a partir de 200km/h votre corps ainsi que le véhicule encaissent 2G. Notre pilote instructeur m’annonce alors que le modèle présenté a une petite particularité… il est débridé et possède une ligne Akrapovic, estimation corrigée donc de 575 ch. J’ai donc pu faire ma séance de gainage la plus fun qui soit ! Après s’être élancé comme une balle, nous arrivons très vite à 240km/h, la, le pilote me propose de faire un tour les jambes et les bras levés, et ce, pendant un tour. Depuis ce jour, j’ai commencé la musculation ! Soulever 2 fois son corps est assez effrayant ! Une fois le gainage fini, nous avons tout simplement fait une pointe à 280km/h avec une aisance indescriptible. C’est simple, on avait l’impression que la M6 en redemandait « aller vas y je suis qu’a 5000tr/m j’ai de la marge!! » Je vous ai déjà dit que c’était bluffant ?

BMW_M6_Gran-Coupe (1)

Après ce concentré d’émotion, je me disais que le reste allait sans doute être fade, jusqu’à ce que l’on me propose de drifter en 4 roues motrices…

BMW M135I, ou comment révolutionner l’idée du 4 roues motrices

  • Nombre de cylindres : 6 en ligne 24 soupapes turbocompressé (twinscroll)
  • Cylindrée : 2979 cc
  • Puissance din : 306 ch
  • Couple moteur : 450 Nm des 1300 tr/min
  • 0 à 100 Km/h : 4.9s
  • Vitesse de pointe : 250 km/h bridé électroniquement

BMW_135I-M (2)

L’atelier présenté ici, voulait démontrer que le système XDRIVE de BMW était un système 4 roues motrices intelligent et permissif. La voiture s’y prête très bien. Véritable petite bombinette et entrée de gamme de chez BMW, la série 1 est un véritable succès commercial. Quand les sorciers de Motorsport décident de s’en occuper, le véhicule est totalement métamorphosé. On ne présente plus la boite automatique à 8 rapports avec palettes au volant qui donne à la série 1, un agrément de conduite et ce, dans toutes les conditions. Mais revenons à l’atelier. Le XDRIVE, comme chacun sait, est la réponse de BMW au Quattro d’Audi. L’un et l’autre jurent que leur système est le meilleur et nous ne rentrerons pas dans le débat. Quoique! Lorsque mon pilote instructeur m’a annoncé que nous allions faire des donuts sur une piste détrempée avec un véhicule 4 roues motrices, je me suis dit « hmm, mouais, j’attends de voir… » et bien j’ai vu!

BMW_135I-M (1)

Forte de ses 306 ch aux roues arrière, la M135i en temps normal ne se fait pas prier pour drifter. Le plaisir est donc possible avec un XDRIVE pour la simple et bonne raison que l’ordinateur calcule plus ou moins votre degré de folie. Lorsqu’il voit que vous enclenchez le mode « sport plus » et que votre angle de braquage veut clairement dire que vous êtes très loin de ramener mémé de sa ballade dominicale, le XDRIVE passe directement en 100% full propulsion! A vous les joies du drift ! Sans perdre de temps, on enchaîne les ateliers, à moi les joies de la série 2!

BMW M235I, ou comment sortir son chéquier une fois les mains décollées du volant

  • Nombre de cylindres : 6 en ligne 24 soupapes turbocompressé (twinscroll)
  • Cylindrée : 2979 cc
  • Puissance din : 326 ch au régime de 5800 tr/min
  • Couple moteur : 450 Nm au régime de 1300 tr/min
  • 0 à 100 Km/h : 5.0s
  • Vitesse de pointe : 250 km/h bridé électroniquement

BMW_235I-M

Véritable coup de cœur, la série M235i est la symbiose parfaite entre taille et performance. C’est simple, je subodore que BMW ait utilisé à plusieurs reprises le nombre d’or pour réaliser la série 2 ! Remplaçante de la série 1 coupé, la série 2 possède un petit quelque chose qui nous renvoie 30, voire 40 ans en arrière, à l’époque des BMW série 3 E30 (époque des 323i et autres légendaires 325is) et BMW 2002 ti ou tii, véritable vitrine de savoir faire de la marque aux hélices des années 70.

BMW_235i-M (3)

La série 2 c’est tout ça, une technologie de pointe actuelle avec un souffle de nostalgie et de fun que proposaient les berlines compactes de l’époque. Autant vous dire qu’à son bord la banane était omniprésente et les envolées lyriques du bloc 6 en ligne accompagné de la boite séquentielle sont tout bonnement jouissives. A son bord, nous avons pu essayer les différents degrés du DSC (Driving Stabilization System). Confort, sport et sport plus sont les 3 modes présents sur la Serie 2 (oui si vous voulez tout déconnecter c’est aussi possible !)

BMW_235I-M (2)


Les différents modes de conduite vont donc prendre en charge la stabilité du véhicule de manières différentes. Extrêmement présent en mode confort, le DSC corrige très rapidement l’assiette du véhicule en ne tolérant que très peu de survirage. Il est en outre beaucoup plus permissif en mode sport plus. Lancé à 80km/h, l’exercice consistait a violemment tourner le volant à droite puis à gauche pour constater les différents comportements selon les modes enclenchés. Tout dépendra donc de votre envie de vous amuser. Vient l’heure de s’insérer dans l’une des petites dernières de chez BMW, la 435i Gran Coupé

435i Gran coupé, ou comment convaincre madame qu’un coupé pour 4, c’est possible

  • Nombre de cylindres : 6 en ligne 24 soupapes turbocompressé (twinscroll)
  • Cylindrée : 2979 cc
  • Puissance din : 306 ch au régime de 5800 tr/min
  • Couple moteur : 400 Nm au régime de 1300 tr/min
  • 0 à 100 Km/h : 5.0s
  • Vitesse de pointe : 250 km/h bridé électroniquement

BMW_435i_Gran-coupe (3)

Dotée du même moteur que la série 1, la 435i Gran coupé est le nom donné à la base pour la série 3 coupé. Le Gran coupé quant à lui se voit doté de 2 petites portes arrière ne sacrifiant en rien les lignes du coupé. Autant vous dire que madame voit ses excuses d’achat d’une série 4 fondre comme neige au soleil ! La ligne racée de la série 4 est toujours présente et la qualité de finition toujours au rendez-vous. J’ai pu essayer la 435i Gran Coupé sur le routier de Mortefontaine et l’on voit encore tout le travail réalisé par les ingénieurs.

BMW_435i_Gran-coupe

Lorsqu’on la regarde, cette 435i fait quand même sa taille et l’on pourrait craindre un coupé un brin pataud. Une fois encore il n’en est rien. Alors certes, cela est peut-être dû à la motorisation essayée, toutefois la voiture semble bien née et le confort ressenti à l’intérieur égale presque celui de la série 2. Oui, nous n’avons pas l’impression de conduire une « grosse berline » mais plutôt une compacte très maniable.

Je vous parlais de surprise…

BMW M4, ou comment ressortir sonné de son expérience :

  • Nombre de cylindres : 6 en ligne 24 soupapes bi-turbocompressé
  • Cylindrée : 2979 cc
  • Puissance din : 431 ch au régime de 5500 tr/min
  • Couple moteur : 550 Nm au régime de 1850 tr/min
  • 0 à 100 Km/h : 4.1s
  • Vitesse de pointe : 250 km/h bridé électroniquement

BMW_M4 (3)

La BMW M4 ! Après l’avoir découverte dans Gran Turismo 6, le jour béni où je conduirai, ou plutôt drifterai, avec une M4 est enfin arrivé. Imaginez : 431 ch, 3.0L de cylindrée, pour le même poids qu’une M3 E46 du début des années 2000! Pour rappel, la M3 E46 faisait 343 ch pour un poids de 1530 kg, ici nous avons 88 ch de plus. Tout ceci à pu être réalisé grâce a l’utilisation de matériaux légers, à savoir un capot en aluminium et un ciel de toit ainsi qu’une malle arrière en fibre de carbone. Finis le V8, place au 6 bi-turbo!

BMW_M4 (5)

BMW_M4 (1)

La encore une finition impeccable, avec des disques de freins d’une taille telle que l’on pourrait dîner en tête à tête dessus, bref du lourd ! Façon de parler surtout. L’atelier est ici du pur fun ! Toute aide désactivée, tenter de faire le plus de donuts possible autour d’un jet d’eau! Très addictif, une simple pichenette sur accélérateur plaçait la voiture en travers et votre cercle n’était plus qu’un misérable tête à queue. Incroyable. Oui chez BMW on allie plaisir de conduire et fun, en même temps le plaisir ne passe-t-il pas par le fun ? Vous avez 2h !

BMW_M4 (2)

Sacrés moments passés au sein de ce BMW Driving Center, qui montre une fois de plus que le futur automobile ne passe pas que par des restrictions au plaisir de conduire et à la surabondance de sécurité. Ici, le plaisir est allié à la technologie et il serait outrancier de dire encore « c’était mieux avant« .

Comment ? La surprise n°2 ? Ah oui… restez connectés, on vous en parle samedi, et vous n’allez pas être déçus. Un indice cependant, c’est une BMW !

BMW_M4 (4)